•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Nous revenons de loin » : la résurgence du Bloc québécois se confirme

Le parti d'Yves-François Blanchet passe de 10 à 32 députés à l'issue d'une campagne où il aura dépassé les attentes.

Le discours d'Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Joëlle Girard

Yves-François Blanchet a gagné son pari. Le Bloc québécois, en déroute il y a un peu plus d'un an, a réussi à faire élire 32 députés au Québec, confirmant une résurgence certaine de ce parti dans la province.

Les résultats témoignent donc d'un gain de 22 sièges pour le parti souverainiste, qui en détenait 10 à la dissolution de la Chambre des communes. Le Québec compte 78 des 338 circonscriptions électorales du pays.

Nous revenons de loin, mais nous irons encore plus loin.

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

À bien des égards, ce fut une campagne victorieuse, a affirmé le chef bloquiste, dans son discours lundi soir. Il y a quatre mois, six mois, on était encore des fous. Et ces fous, ils s'en viennent à la Chambre des communes.

Dans le contexte minoritaire de cette élection, Yves-François Blanchet a profité de son discours pour lancer un message d'ouverture aux autres chefs fédéraux. Le Bloc québécois ne veut pas former un gouvernement, ni même participer à un gouvernement. En revanche, le Bloc québécois peut, au mérite, collaborer avec n’importe quel gouvernement. Si ce qui est proposé est bon pour le Québec, vous pourrez compter sur nous, a-t-il assuré.

Il a toutefois fait une mise en garde : Si ce qui est mis de l’avant est nuisible pour le Québec, le Bloc se dressera sur votre chemin.

Un jeune homme célèbre parmi la foule. Il tient un drapeau québécois.

« Je nous trouve très fringants, très vivants. Je vous regarde et je vous trouve très jeunes! », a lancé le chef bloquiste au début de son discours.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Des gains au détriment du NPD et du PLC

La résurgence du Bloc québécois a notamment provoqué un effondrement du vote pour le Nouveau Parti démocratique, qui a fait élire un seul député au Québec. Il s'agit du lieutenant québécois du parti, Alexandre Boulerice, dans Rosemont—La Petite-Patrie, à Montréal. À la dissolution de la Chambre, les néo-démocrates détenaient 14 sièges dans la province.

Les gains du Bloc québécois se sont également faits au détriment du Parti libéral, qui est en voie de se faire élire dans 35 circonscriptions québécoises, soit 5 de moins qu'en 2015.

Le chef libéral, Justin Trudeau, a tout de même été réélu avec une confortable avance dans Papineau, à Montréal. De plus, sept de ses ministres ont aussi été réélus au Québec, soit François-Philippe Champagne, Marc Garneau, David Lametti, Mélanie Joly, Marie-Claude Bibeau, Diane Lebouthillier et Pablo Rodriguez.

Le candidat vedette du PLC dans Laurier–Sainte-Marie, l'environnementaliste Steven Guilbeault, a pour sa part été élu au terme d'une lutte très serrée avec le Bloc québécois.

On prend acte de ce qui s’est passé au Québec et, nous ensemble, les députés élus, on va être là pour défendre les intérêts des Québécoises et Québécois parce que c’est important que le Québec ait une voix forte au gouvernement, a fait valoir Mélanie Joly lundi soir.

Le chef du Bloc québécois a par ailleurs été élu dans la circonscription de Belœil—Chambly, en Montérégie. Cette élection marque également l'entrée en politique d'Alexis Brunelle-Duceppe, le fils de Gilles Duceppe, ex-chef de la formation. M. Brunelle-Duceppe a été élu haut la main dans Lac-Saint-Jean, avec un écart de près de 10 000 voix sur son rival libéral.

Dans la circonscription de Beauce, dans la région de Québec, le chef du Parti populaire, Maxime Bernier, tentait quant à lui de se faire élire sous cette nouvelle bannière qu’il a créée après avoir claqué la porte du Parti conservateur. M. Bernier a toutefois perdu son pari par plus de 5000 voix contre son adversaire conservateur, Richard Lehoux.

Maxime Bernier salue la foule.

Maxime Bernier, chef du Parti populaire, au moment de prononcer son discours de défaite lundi soir.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Je suis un peu abasourdi, a affirmé Maxime Bernier en entrevue sur les ondes de Radio-Canada. Il a toutefois soutenu qu'un bel avenir attendait son parti, malgré sa défaite.

Les conservateurs sont pour leur part en voie de faire élire 10 députés, dont leur lieutenant québécois, Alain Rayes, dans Richmond—Arthabaska.

Dans son discours de fin de soirée, la chef du Parti vert Elizabeth May a pris le soin de saluer la remontée du Bloc québécois, estimant que celle-ci avait permis d'empêcher l'élection d'un gouvernement libéral majoritaire. Au début de la campagne, elle avait affirmé sans détour qu'elle espérait un tel dénouement.

Une remontée inattendue du Bloc

En 2011, le Bloc québécois avait été emporté par la vague orange, ne récoltant que 4 sièges tandis qu’il en détenait 47 au moment de dissoudre la Chambre. Cette défaite avait mené à la démission du chef d’alors, Gilles Duceppe, qui avait été défait dans sa propre circonscription, Laurier—Sainte-Marie, par la néo-démocrate Hélène Laverdière.

Puis, lors des élections fédérales de 2015, M. Duceppe avait effectué un retour dans l’arène politique pour tenter de mener le Bloc québécois vers un meilleur résultat. Le Parti n’avait toutefois fait élire que 10 députés, ce qui ne lui avait pas permis de regagner son statut de groupe parlementaire, qui nécessite un minimum de 12 députés.

Yves-François Blanchet a entamé la présente campagne avec un parti affaibli par les luttes internes qui ont eu cours sous la gouverne de sa prédécesseure, Martine Ouellet. Avant le déclenchement des élections, M. Blanchet avait affirmé vouloir faire élire au moins 20 députés.

Le Bloc québécois a semblé prendre son envol dans les intentions de vote après les débats des chefs en français, où M. Blanchet s'est démarqué face à ses adversaires.

Notre dossier Élections Canada 2019

Politique fédérale

Politique