•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grand Montréal : les libéraux bien ancrés dans l'île, le Bloc dans la couronne

Mélanie Joly a été réélue dans Ahuntsic-Cartierville.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Daniel Blanchette Pelletier

Malgré deux gains et la réélection de tous ses députés et ministres sortants dans l'île de Montréal, le Parti libéral encaisse de lourdes pertes à l'extérieur de la métropole. La remontée du Bloc québécois s'est particulièrement manifestée en Montérégie et dans les Laurentides.

À la dissolution de la Chambre, le Parti libéral comptait 14 élus à Montréal. Il a réussi à faire deux gains au détriment du NPD.

L'écologiste et député libéral élu Steven Guilbeault a remporté son pari de ravir la circonscription de Laurier-Sainte-Marie, où se jouait une lutte à trois avec le Bloc québécois. Il a battu la néo-démocrate Nimâ Machouf, qui tentait de succéder à Hélène Laverdière (ne sollicitant pas de troisième mandat).

Je remercie du fond du cœur les électeurs de Laurier-Sainte-Marie de m’avoir confié ce privilège de les représenter à la Chambre des communes, a-t-il déclaré peu après sa victoire.

Le candidat libéral vedette, cofondateur d'Équiterre, fera donc son entrée au Parlement aux côtés du premier ministre Justin Trudeau, réélu pour un quatrième mandat dans Papineau, et des quatre ministres de l'île de Montréal du précédent Cabinet.

Pablo Rodriguez (Honoré-Mercier), Marc Garneau (Notre-Dame-de-Grâce–Westmount), Mélanie Joly (Ahuntsic-Cartierville) et David Lametti (LaSalle–Émard–Verdun) ont tous été réélus.

C’est extraordinaire. On va avoir une voix forte au niveau de l’environnement, s'est réjouie Mélanie Joly à propos de la victoire de Steven Guilbeault.

Les Québécois nous envoient un message ce soir. On en prend acte et on sait que la question environnementale résonne au Québec.

Mélanie Joly, députée d'Ahuntsic-Cartierville
Le candidat libéral monte sur scène.

Pablo Rodriguez a été réélu pour un cinquième mandat dans Honoré-Mercier.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Réélu pour un cinquième mandat, Pablo Rodriguez prend aussi acte du mandat que confient les Québécois au Parti libéral en matière d'environnement. Il ne s'inquiète pas outre mesure de la position minoritaire de son gouvernement.

Ce qui est important pour nous, c'est d’être capables de trouver des terrains d’entente avec soit le Bloc, soit le NPD, et de faire avancer le Canada dans un Canada plus progressif, plus vert, a-t-il expliqué.

D'autres députés libéraux ont aussi été réélus sans difficulté dans la métropole : Francis Scarpaleggia (Lac-Saint-Louis), Anju Dhillon (Dorval-Lachine-LaSalle), Emmanuella Lambropoulos (Saint-Laurent), Anthony Housefather (Mont-Royal), Rachel Bendayan (Outremont), Marc Miller (Ville-Marie-Le Sud-Ouest-Île-des-Soeurs) et Emmanuel Dubourg (Bourassa).

Quant à Patricia Lattanzio, elle conserve Saint-Léonard–Saint-Michel dans le giron du Parti libéral, alors qu'elle avait remplacé in extremis l’ex-imam Hassan Guillet, écarté pour des propos jugés antisémites avant le déclenchement de la campagne. En plus de Laurier-Sainte-Marie, les libéraux ont en outre arraché Hochelaga aux néo-démocrates avec la victoire de l'ex-conseillère municipale Soraya Martinez Ferrada.

Le Bloc québécois a pour sa part conservé la circonscription de la Pointe-de-l’Île, représentée par l’ancien chef bloquiste Mario Beaulieu.

Carte électorale

Tableau de bord électoral

Suivez les courses de votre choix, apprenez où sont les luttes serrées, regardez la soirée électorale en direct avec Patrice Roy

Retour du Bloc en Montérégie

Une partisane agite le drapeau du Québec au rassemblement du Bloc.

Le Bloc sort grand gagnant de la soirée électorale au Québec.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Si le Parti libéral s'est maintenu dans l'île de Montréal, il encaisse toutefois davantage de pertes à l’extérieur des frontières de la métropole.

La remontée du Bloc québécois dans la faveur populaire s'est manifestée autant sur la Rive-Sud que dans les Laurentides. La formation d'Yves-François Blanchet, lui-même élu dans Beloeil-Chambly, a fait plusieurs gains, dont Longueuil-Saint-Hubert.

C’est le comédien Denis Trudel qui, à sa deuxième tentative, a finalement été élu sous la bannière du Bloc québécois, privant le NPD d’une autre circonscription acquise pendant la vague orange, mais dont le député sortant Pierre Nantel se présentait, après deux mandats, pour le Parti vert.

Ni lui ni l'ex-député péquiste Réjean Hébert (Parti libéral) n'a pu s'imposer devant la percée bloquiste. La circonscription avait d'ailleurs été représentée par le Bloc québécois de 1990 à 2011, avant la vague orange.

Je suis très content. On a travaillé très fort et je pense que les Québécois envoient un message clair, a déclaré Denis Trudel une fois élu.

La défense des intérêts du Québec, ça passe par le Bloc. On va s’occuper des Québécois à Ottawa.

Denis Trudel, Longueuil-Saint-Hubert

Visiblement déçu, le candidat libéral Réjean Hébert ne semblait pas tant surpris par sa défaite. Le terrain est fertile pour le Bloc sur la Rive-Sud de Montréal. C’est ce qui a emporté un certain nombre de candidats, a-t-il convenu.

Le Bloc québécois a ainsi repris quatre comtés aux libéraux en Montérégie, en plus d'y récupérer les quatre détenues par le NPD. Historiquement, la région avait souvent été représentée par le Bloc avant le retour du Parti libéral en 2015 et la vague orange en 2011.

Cinq comtés n'ont toutefois pas changé d’allégeance, soit Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères pour le Bloc et Brossard—Saint-Lambert, Châteauguay—Lacolle , Longueuil—Charles-LeMoyne et Vaudreuil-Soulanges pour le Parti libéral.

Notre dossier Élections Canada 2019

Le Bloc québécois a également fait trois gains dans les Laurentides, arrachant Laurentides–Labelle, Rivière-des-Mille-Îles et Thérèse-De Blainville aux libéraux, en plus d'assurer la réélection de Simon Marcil dans Mirabel.

La circonscription de Rivière-du-Nord est aussi restée au Bloc, malgré la présence de la candidate vedette Sylvie Fréchette pour le Parti conservateur, qui n'a fait aucune percée dans le Grand Montréal.

L'ex-olympienne a accepté le verdict des électeurs avec sérénité. C'est la première fois que je me lance en politique. Je n’avais aucune expérience. [..] Pour moi, c'est un apprentissage incroyable, a-t-elle expliqué dans les minutes après avoir pris connaissance des résultats.

Une autre ex-athlète a toutefois obtenu la faveur des électeurs : l'ancienne cycliste Lyne Bessette a été élue pour le Parti libéral dans Brome-Missisquoi.

La candidate libérale Linda Lapointe a cependant dû céder sa place au bloquiste Luc Desilets dans Rivière-des-Mille-Îles.

Dans Lanaudière, les députés bloquistes sortants de Joliette, Montcalm, Repentigny et Terrebonne ont obtenu un autre mandat. La formation politique a même réussi à déloger la néo-démocrate Ruth Ellen Brosseau, dans Berthier-Maskinongé.

Rosemont–La Petite-Patrie isolée

Le Nouveau Parti démocratique n'a réussi qu'à conserver une seule circonscription au Québec, soit sur l'île de Montréal.

Le chef adjoint du parti, Alexandre Boulerice, obtient donc un troisième mandat dans Rosemont–La Petite-Patrie. Il a reconnu que la campagne avait été difficile et que le NPD avait peut-être manqué de temps.

On va s’asseoir à la table et avoir des discussions pour essayer d’avoir des gains pour les Québécois, a-t-il lancé comme engagement. Attendons de voir à qui les libéraux voudront tendre la main dans le prochain Parlement.

Laval résiste au retour du Bloc

Quatre circonscriptions de Laval, soit Alfred-Pellan, Laval–Les Îles, Marc-Aurèle-Fortin et Vimy, sont pour leur part demeurées libérales.

Sur la Rive-Sud, le Parti libéral a aussi réussi à conserver Brossard–Saint-Lambert (Alexandra Mendès), Longueuil-Charles-LeMoyne (Sherry Romanado) et Châteauguay-Lacolle (Brenda Shanahan).

Politique fédérale

Politique