•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois arrestations en lien avec l'agression d'un Néo-Brunswickois à Rimouski

Porte d'une voiture de police de la Sûreté du Québec avec le logo.

Trois personnes ont été arrêtées.

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Radio-Canada

Trois personnes ont été arrêtées en lien avec l'agression d'un Néo-Brunswickois survenue au centre-ville de Rimouski le 21 juillet dernier. La victime, un homme de 25 ans, avait été tabassée par cinq individus à bord d’un véhicule automobile, tout près de la Place des Anciens Combattants.

La Sûreté du Québec a indiqué lundi qu'une enquête du service des crimes majeurs avait permis de procéder à l'arrestation de trois personnes.

Deux des trois suspects sont aussi originaires du Nouveau-Brunswick. Selon les enquêteurs, les présumés coupables sont Éric Pitre, 20 ans, de Val D'amour, ainsi que Maxime Lévesque, 21 ans, de McLeod.

L'accusé entouré de deux hommes dans le stationnement du palais de justice

Éric Pitre lors de son entrée au palais de justice de Rimouski.

Photo : Radio-Canada

Éric Pitre a été arrêté au début du mois d'août dernier et a comparu en cour depuis, avant d'être remis en liberté sous conditions en attendant la suite des procédures. Maxime Lévesque, pour sa part, a été arrêté le 18 octobre et a comparu en cour le même jour. Il a lui aussi été remis en liberté en attendant la suite.

La troisième personne arrêtée vient du Québec. Kayla Gideon, de Listuguj, a été arrêtée le 16 octobre et a comparu le même jour. Elle est restée en détention jusqu'à sa deuxième comparution pour son enquête et elle attend sa remise en libération, prévue plus tard cette semaine.

Les trois suspects font face à divers chefs d’accusation pour des voies de fait causant des lésions. La victime, un homme de 25 ans du Nouveau-Brunswick, est toujours hospitalisée comme le confirme le porte-parole de la Sûreté du Québec Claude Doiron.

Tous font face à divers chefs d’accusation pour des voies de fait causant des lésions à l’endroit d’un individu de 25 ans du Nouveau-Brunswick qui avait été transféré par avion-ambulance dans un hôpital de Québec en raison de la gravité de ses blessures, il est toujours hospitalisé depuis le soir des agressions, indique Claude Doiron.

Nouveau-Brunswick

Crimes et délits