•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La clinique de proximité Cloutier est officiellement ouverte

Une façade d'hôpital où on peut lire entrée principale

La clinique de proximité Cloutier est ouverte depuis lundi matin.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La clinique de proximité Cloutier a ouvert officiellement ses portes lundi matin à Trois-Rivières. Selon le CIUSSS de la Mauricie-et du-Centre-du-Québec, les patients auront maintenant accès à de meilleurs services, mais les réactions sont encore mitigées du côté des usagers qui étaient déjà, à 11 heures, une cinquantaine à s’être inscrits pour obtenir un rendez-vous.

Ce sont maintenant les infirmières praticiennes spécialisées qui prodigueront des soins. Les patients ne rencontrent donc plus automatiquement un médecin comme c'était le cas à l'urgence, ce qui ne plaît pas à tous.

Lundi matin, certains se plaignaient du nouveau fonctionnement, alors que d’autres, comme Thea Thibeault, ont apprécié leur passage.

Je suis venue prendre un rendez-vous tantôt et ç'a pris environ 15 minutes, dit-elle. Et j'ai eu mon rendez-vous à 14 heures. Je suis passée beaucoup plus vite que si j'étais allée à l'hôpital tantôt.

Assez d’infirmières praticiennes spécialisées?

Plusieurs se demandent aussi si le CIUSSS réussira à offrir toutes les plages horaires promises puisque cinq infirmières praticiennes spécialisées devront se joindre à l'équipe de cette clinique.

Le Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et Centre-du-Québec se dit heureux de cette nouvelle clinique, mais espère que les objectifs pourront être atteints.

Une femme répond aux questions des journalistes

Nathalie Perron est présidente Syndicat des professionnelles en soins MCQ.

Photo : Radio-Canada

C'est un beau projet, affirme Nathalie Perron, présidente du Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et Centre-du-Québec. On croit qu'effectivement, qu’à long terme ça va apporter une valeur ajoutée pour la population du bas du Cap. On pense que ce sera un peu plus l'avenir de pouvoir intégrer nos infirmières praticiennes spécialisées.

Denise Joseph, vice-présidente du Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et Centre-du-Québec, estime qu’il y a un manque à gagner par rapport aux autres provinces pour atteindre les objectifs du Québec en matière de diplomation des infirmières.

Une femme répond aux questions du journalites

Denise Joseph est vice-présidente du Syndicat des professionnelles en soins MCQ

Photo : Radio-Canada

Il faudra ouvrir les places à l'Université pour que les infirmières cliniciennes puissent s'inscrire pour une pratique avancée.

Denise Joseph, vice-présidente du Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et Centre-du-Québec

Présentement, on retrouve sur le territoire de la Mauricie et du Centre-du-Québec 38 IPS et neuf candidates qui seront diplômées prochainement, un potentiel donc de 47 personnes, si celles-ci décident de pratiquer dans la région.

On estime qu’au Québec, 1796 IPS devront être recrutées d’ici 2024-2025 pour atteindre un effectif québécois de 2000.

Mauricie et Centre du Québec

Établissement de santé