•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vols commerciaux : Sherbrooke lancera un appel d'intérêt aux transporteurs aériens

Un avion à l'aéroport de Sherbrooke.

Un avion à l'aéroport de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada

Charles Beaudoin

Toujours dans l'espoir d'obtenir des vols commerciaux à partir de son aéroport, Sherbrooke lancera prochainement un appel d'intérêt pour solliciter les transporteurs aériens qui pourraient la desservir.

Les élus ont promis lundi soir, lors de la séance du conseil municipal, une subvention de 250 000$ par an pour les cinq prochaines années au transporteur qui sera choisi afin de favoriser la mise en service d'un vol commercial.

On est en discussion avec des transporteurs depuis plusieurs semaines et plusieurs mois, ce qui nous a permis de nous faire une tête et de savoir que ce qu'on propose comme modèle est tout à fait réaliste, explique la Directrice générale adjointe-relations avec la communauté à la Ville, Marie-France Delage.

Une fois qu'on va avoir identifié l'aide financière pour les années critiques, après ça, le modèle d'affaires qui sera présenté par le transporteur aérien sera, comme tout projet du secteur privé, à ses risques, ajoute-t-elle.

La subvention est conditionnelle à ce que Sherbrooke puisse aussi compter sur la contribution du Fonds d'appui au rayonnement des régions (FARR), qui lui permettrait d'obtenir 1 million de dollars par année pour les trois prochaines années à compter du 1er janvier prochain.

Les étoiles semblent s'aligner pour le déploiement d'un vol commercial à Sherbrooke, a déclaré Vincent Boutin.

Cette aide s'ajoute à celle du nouveau programme pour aider au développement des aéroports régionaux créé cet été par Québec et qui donnera à Sherbrooke un total de 500 000$ pour deux ans.

Une désignation a été demandée à Transports Canada le 10 juillet dernier et serait considérée comme « une formalité » par la Ville.

La conseillère Évelyne Beaudin a inscrit sa dissidence, tout en questionnant le maire Steve Lussier sur sa décision, puisqu'il avait déclaré en campagne électorale que Sherbrooke n'avait pas les moyens de se payer une ligne aérienne.

En campagne électorale, je m'étais opposé à une dépense sur laquelle on n'avait pas les fonds [...] Au moment où j'avais dit ces commentaires-là, on n'avait pas l'appui régional avec le FARR, ni l'appui du gouvernement du Québec. Je pense qu'on devrait aller de l'avant avec le projet aujourd'hui, a répondu le maire.

Estrie

Politique municipale