•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès Montsion : un expert en vidéo complète la preuve de la défense

La vidéo montre le policier frappant l'homme qui est au sol.

La vidéo de l'affrontement entre le policier Daniel Montsion et Abdirahman Abdi occupe une place centrale dans le procès de l'agent (archives).

Photo : Capture d'écran d'une vidéo de surveillance

Laurie Trudel

Une vidéo de surveillance de l’affrontement entre l’agent Daniel Montsion et Abdirahman Abdi est au coeur du procès du policier d’Ottawa accusé d’homicide involontaire. Un expert appelé à la barre par la défense croit toutefois que cette vidéo de surveillance ne reflète pas la réalité.

L’expert en analyse vidéo Grant Fredericks terminera son témoignage cette semaine. Il devrait être le dernier témoin appelé à la barre, avant que la Couronne et la défense terminent la présentation de leur preuve.

L’interrogatoire de Grant Fredericks avait dû être interrompu en juin dernier en raison d’un conflit d’horaire. L’expert était de retour lundi au palais de justice d’Ottawa. La défense a rapidement terminé ses questions en matinée. La poursuite a ensuite entamé son contre-interrogatoire.

M. Fredericks sort du palais de justice d'Ottawa.

Grant Fredericks est un expert en analyse vidéo qui enseigne à l'Académie nationale du FBI (archives).

Photo : Radio-Canada / Laura Osman

Après les représentations finales des deux partis, le juge Robert Kelly devra déterminer si le policier Daniel Montsion est coupable ou non d’homicide involontaire, d’agression armée et de voie de fait grave.

Des images de mauvaise qualité

Au début de son témoignage en juin dernier, Grant Fredericks avait affirmé que la vidéo d’une caméra de surveillance montrant l'affrontement entre Abdirahman Abdi et les policiers d'Ottawa ne reflétait pas la réalité.

Après analyse, il a conclu que cette vidéo ne pouvait pas être interprétée telle quelle, en raison de la piètre qualité de l’enregistrement.

Grant Fredericks est d'avis que la « variabilité » du nombre d’images par seconde est très problématique pour l’analyse des mouvements, de la vitesse et de la force employée par les intervenants.

Selon lui, la vidéo de surveillance ne permet pas d'établir la force avec laquelle l'agent Daniel Montsion a donné des coups de poing à la victime.

Or, selon la Couronne, ce sont ces coups qui ont mené à la mort d’Abdirahman Abdi.

La vidéo de surveillance est un élément de preuve crucial pour la poursuite, qui veut s'en servir pour prouver que l'agent Montsion a utilisé une force excessive lors de l’arrestation d’Abdirahman Abdi.

Le contre-interrogatoire de Grant Fredericks devrait se terminer mardi, selon les estimations de la Couronne.

Abdirahman Abdi, un Canadien d'origine somalienne, a perdu tous signes vitaux lors d'un affrontement avec deux agents du Service de police d’Ottawa (SPO) le 24 juillet 2016. L’homme de 37 ans est mort des suites de ses blessures le lendemain à l’hôpital. L’agent Daniel Montsion a été accusé à la suite de cette arrestation musclée. Il a plaidé non coupable.

Ottawa-Gatineau

Procès et poursuites