•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attention aux appels téléphoniques trompeurs : l’élection fédérale est bien aujourd’hui

Des gens attendent leur tour pour pouvoir voter.

Les heures d’ouverture des bureaux de scrutin varient d’une province à l’autre. Chaque bureau sera accessible durant 12 heures au cours de la journée.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Élections Canada a fait état d'appels téléphoniques robotisés disant erronément à des électeurs que le vote pour l’élection fédérale avait lieu mardi, soit le lendemain du jour d'élection.

Une porte-parole d'Élections Canada, Nathalie de Montigny, a précisé que de tels appels avaient été rapportés au Québec, en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick. Nous n'avons aucune indication que ces appels sont très répandus, a-t-elle dit à CBC, rappelant qu’il était illégal de délibérément mal orienter les électeurs afin de les empêcher de voter.

CBC a pu contacter un citoyen de Fredericton qui a reçu l'un de ces appels robotisés en matinée. Ça disait qu'ils m'exhortaient à voter selon ma conscience et qu'il s'agit d'une élection très importante, a indiqué Brad McKnight. Ça ne mettait pas de l'avant une quelconque ligne d'action politique, mais ça m'a décontenancé parce qu'à la fin – j'essaie de me souvenir de la formulation exacte –, ça disait essentiellement : "Nous vous exhortons à voter demain."

Selon la capture d'écran faite par M. McKnight montrant les détails de l'appel entrant, le numéro de téléphone, que CBC a composé, correspond à un groupe appelé Proudly New Brunswick. Le groupe n'a pas rappelé CBC, qui avait laissé un message téléphonique.

Proudly New Brunswick est affilié à Canada Strong and Proud, un tiers parti qui s'oppose à la taxe sur le carbone.

Élections Canada n'appelle pas les électeurs, ne leur envoie pas de courriels et ne leur envoie pas de messages texte pour leur indiquer où voter ou pour leur dire qu'ils doivent aller dans un autre bureau de scrutin, rappelle l'organisme.

Les électeurs peuvent lui rapporter tout appel ou message frauduleux au 1-800-463-6868.

Quelques ratés dans le déroulement du vote

Le conseiller régional médias pour Élections Canada, Pierre Pilon, a par ailleurs déclaré à Radio-Canada que le déroulement du vote s'était de façon générale bien déroulé.

On peut dire que dans l'ensemble, ça a bien fonctionné. Dans une grosse machine comme celle-là, c'est évident qu'il y a de petits accrochages, parfois, a-t-il soutenu.

Des retards dans l'heure d'ouverture des bureaux de vote ont ainsi été constatés à Montréal, à Ottawa et à Toronto.

Les bureaux de vote n'ont pas pu ouvrir à l'heure prévue dans la communauté de Natuashish, sur la côte du Labrador, parce que les conditions météorologiques ont empêché l'équipe d'Élections Canada dépêchée sur les lieux d'arriver à l'heure.

Les heures d’ouverture des bureaux de scrutin varient d’une province à l’autre. Chaque bureau est accessible durant 12 heures au cours de la journée.

Plus de 27 millions de Canadiens appelés aux urnes

Environ 4,7 millions de Canadiens ont voté par anticipation en fin de semaine dernière, ce qui représente une augmentation de 29 % par rapport au scrutin de 2015. Élections Canada a en outre reçu par la poste les votes d'un peu moins de 32 000 Canadiens qui sont présentement à l'étranger, un nombre record.

Quelque 27,4 millions de Canadiens sont appelés aux urnes.

Les chefs des principaux partis ont déjà voté, à l’exception du leader conservateur, Andrew Scheer, qui doit se rendre aux urnes un peu plus tard dans sa circonscription de Regina–Qu'Appelle, en Saskatchewan.

Accompagné de sa famille, le chef libéral, Justin Trudeau, a voté dans sa circonscription de Papineau, à Montréal.

Entouré de sa conjointe Sophie Grégoire Trudeau et de ses enfants Ella-Grace Margaret, Hadrien et Xavier James, Justin Trudeau dépose son bulletin de vote dans l'urne.

Le chef libéral, Justin Trudeau, était accompagné de sa famille lorsqu'il est allé voter dans sa circonscription de Papineau.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet – qui se présente dans Belœil–Chambly, en Montérégie –, a pour sa part voté dans la circonscription de Saint-Maurice–Champlain, en Mauricie.

Yves-François Blanchet dépose son bulletin de vote dans l'urne.

Le chef bloquiste, Yves-François Blanchet, a voté dans la circonscription de Saint-Maurice–Champlain, en Mauricie.

Photo : Radio-Canada

La dirigeante du Parti vert, Elizabeth May, a voté dans sa circonscription de Saanich-Gulf-Islands, en Colombie-Britannique.

Elizabeth May sourit à la caméra en déposant son bulletin de vote dans l'urne.

La cheffe du Parti vert, Elizabeth May, a voté dans sa circonscription de Saanich-Gulf-Islands, en Colombie-Britannique.

Photo : La Presse canadienne / Chad Hipolito

Le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, a voté à Saint-Georges, dans sa circonscription de Beauce. C'est la première fois qu'il représente la formation qu'il a fondée en septembre 2018 et qu'il défend une autre bannière que celle du Parti conservateur, une formation qu'il avait quittée le mois précédent.

Maxime Bernier, regardant la caméra en souriant, dépose son bulletin de vote.

Maxime Bernier a voté à Saint-Georges, dans sa circonscription de Beauce.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Le chef néo-démocrate, Jagmeet Singh, s'était pour sa part déjà prévalu du vote par anticipation et avait déjà voté. Il avait voté dans sa circonscription de Burnaby-Sud, en Colombie-Britannique.

Politique fédérale

Politique