•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

On ne devrait pas avoir à demander un service en français, déplorent des électeurs

Radio-Canada

Des témoignages ont afflué sur les réseaux sociaux d'électeurs qui n'ont pas reçu un service adéquat en français en allant voter lundi. Il s'agissait soit d'un manque de personnel bilingue, soit carrément de l'absence de service en français dans le bureau de vote.

Une électrice, Emmanuelle Chapados, affirme qu’elle n'a reçu que des réponses en anglais dans le bureau de vote où elle s'est rendue, dans la circonscription de Beauséjour, au Nouveau-Brunswick.

À aucun point dans le processus, on ne m'a offert activement si je voulais parler anglais ou français. Donc, j'ai répondu en français, mais on ne m'a jamais parlé en français durant tout le processus, s'indigne-t-elle.

Dans un autre cas, un électeur, René Poirier, a été accueilli par un membre unilingue anglophone. Il a pu ensuite recevoir un service en français, mais pas à toutes les stations de vote dans le bureau.

Dans un pays qui est bilingue, la seule province officiellement bilingue au pays, dans la première ville bilingue au Canada, l'année du 50e anniversaire du bilinguisme au Nouveau-Brunswick... On m'accueille avec un : I don't speak French, se plaint René Poirier, électeur originaire de Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Une première pour ces électeurs

C'est la première fois qu'ils vivent une telle situation.

Élections Canada dit prendre ces témoignages très au sérieux. Il dit que tous les efforts ont été mis pour recruter le plus de personnel le bilingue possible, mais qu'il y a eu des défis de dernière minute, dus notamment à des désistements de personnel pour maladie.

L'organisme indépendant souligne qu'avec un taux de chômage relativement bas, les efforts de recrutement sont plus complexes et la main-d’œuvre bilingue est plus en demande et difficile à embaucher.

Toutes les plaintes remplies dans les bureaux de vote par les citoyens sont acheminées à Élections Canada, qui les transmet ensuite directement au Commissariat aux langues officielles du Canada.

Élections Canada nous a dit avoir reçu une seule plainte du Nouveau-Brunswick sur la qualité des services en français après le vote par anticipation.

D'après un reportage de Margaud Castadère

Nouveau-Brunswick

Politique fédérale