•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Abdulahi Sharif refuse toujours de se défendre

Des dessins montrent Abdulahi Sharif et son interprète qui écoutent attentivement d'un côté et de l'autre, une procureure et le jury.

À gauche, Abdulahi Sharif et son interprète. À droite, une procureure de la Couronne s'adresse au juge et aux jurés lors de l'ouverture du procès, le 2 octobre 2019.

Photo : Radio-Canada

Nafi Alibert

De retour en cour lundi matin à Edmonton, Abdulahi Sharif, accusé de multiples tentatives de meurtre, est resté muré dans son silence habituel.

Accusé d'avoir poignardé un policier et d'avoir happé quatre piétons à bord d'un fourgon en 2017, Abdulahi Sharif est resté impassible pendant l’audience.

Par l’intermédiaire de son traducteur, il a systématiquement répondu non aux propositions du juge de se défendre, tandis que ses rares oui sont venus confirmer qu’il comprenait ce qui était en train de se dérouler.

Début de la fin

Les avocats de la Couronne ont appelé un technicien en audiovisuel du service de police d’Edmonton comme dernier témoin à la barre. Il a commenté un montage vidéo retraçant la course poursuite qui s’était soldée par l’arrestation de l’accusé, le 30 septembre 2017.

Abdulahi Sharif est accusé de cinq tentatives de meurtre, de cinq autres chefs pour conduite dangereuse et d'un chef de voie de fait grave.

Le fourgon U-Haul m’a percuté dans le dos, a témoigné une des victimes le 9 octobre. Après avoir heurté un mur, j’ai senti le sol sur mon ventre, avait poursuivi Paul Biegel, c’est à ce moment-là que je l’ai vu frapper une autre personne.

La veille, un agent double avait expliqué aux jurés que M. Sharif lui avait raconté l'attaque en détail lorsqu'ils s’étaient retrouvés ensemble, en cellule, après son arrestation.

Les quatorze jurés ont pu entendre la version des faits de plusieurs autres policiers au cours de ce procès, dont celle de l’agent Mike Chernyk qui a été agressé le soir des faits.

Abdulahi Sharif a plaidé non coupable des 11 chefs d’accusation qui pèsent contre lui lors de l’ouverture de son procès, le 2 octobre 2019.

L’homme de 32 ans a choisi de se représenter lui-même devant la Cour du Banc de la Reine.

N’ayant fait aucune déclaration pour prouver son innocence et n'ayant présenté ni éléments de preuve ni témoin, Abdulahi Sharif pourrait voir son procès se conclure deux semaines avant la date prévue.

Il est de nouveau attendu au tribunal d’Edmonton mercredi pour les arguments finaux de la Couronne.

Alberta

Procès et poursuites