•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La surenchère immobilière prend de l'ampleur à Montréal

Une pancarte à vendre dans l'arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie.

Une pancarte à vendre dans l'arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie.

Photo : Radio-Canada

Marie-Eve Cousineau

Une propriété sur cinq sur l’île de Montréal se vend à un prix plus élevé que celui demandé, selon des données obtenues auprès de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ). Montant moyen de la surenchère : 20 600 $.

Le phénomène de la surenchère immobilière touche surtout les arrondissements de Rosemont−La Petite-Patrie, du Plateau-Mont-Royal et du Sud-Ouest.

Dans ces arrondissements, environ le tiers des condos, des plex et des maisons unifamiliales ont été vendus plus cher que le prix affiché entre octobre 2018 et septembre 2019, selon l’APCIQ.

Proportion de surenchère

  • Rosemont–La Petite-Patrie : 35,2 %
  • Plateau-Mont-Royal : 30,6 %
  • Sud-Ouest : 29,9 %
  • Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension : 27,3 %
  • L’Île-des-Sœurs : 25,9 % 
    Source: APCIQ

Écart moyen entre le prix affiché et le prix de vente

  • Rosemont–La Petite-Patrie : 22 742 $
  • Plateau-Mont-Royal : 25 965 $
  • Sud-Ouest : 21 968 $
  • Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension : 28 401 $
  • L’Île-des-Sœurs : 23 346 $

Les condos font de plus en plus l'objet de surenchère à Montréal. Toujours selon les dernières données de l'APCIQ, la proportion des cas, pour ce type de propriétés, est passée de 12 % (entre octobre 2017 à septembre 2018) à 21 % (entre octobre 2018 et septembre 2019).

Des parents à la rescousse

Difficile, dans ce contexte, d'acheter une première propriété.

La directrice de l'agence Via Capitale du Mont-Royal, Nathalie Clément, constate que beaucoup d'acheteurs de moins de 40 ans reçoivent un coup de pouce de leurs parents.

[Pour ce qui est de] ma génération, par exemple, nos parents, ils ne nous aidaient pas à acheter des propriétés. Mais ce qu'on voit dans le marché en ce moment, les baby-boomers, ils sont plus à l'aise financièrement, et ils aident financièrement leurs enfants à acheter des propriétés.

Nathalie Clément, directrice de l'agence Via Capitale du Mont-Royal

Les parents contribuent souvent à la mise de fonds, selon Louis-François Éthier, directeur de produits, solutions de crédit hypothécaire à la Banque Nationale.

C'est sûr que quand on exige 5 % de 300 000 $, c'est quand même des fois des bons montants à accumuler, dit-il. On le voit que les proches parents, souvent, au lieu de donner leur héritage au décès, [...] veulent aider leurs enfants quand ils en ont besoin.

Certains acheteurs grattent toutefois les fonds de tiroir pour obtenir un prêt hypothécaire au montant souhaité.

Stéphanie Simpson, courtière hypothécaire à Multi-Prêts, à Montréal, dit devoir parfois comptabiliser toutes les sources de revenus pour trouver une hypothèque.

Il y a certaines banques qui vont prendre les allocations familiales; d'autres, non, dit-elle. C'est sûr que dans certains cas, on va être obligé d'ajouter ça pour que le dossier se qualifie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Immobilier

Économie