•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enfants d'abord : Cindy Blackstock obtient un (autre) doctorat honorifique

Cindy Blackstock

Cindy Blackstock soutient les manifestants qui ont exprimé leur déception à l'annonce de la décision du gouvernement libéral de porter en appel le jugement du Tribunal canadien des droits de la personne sur le sort des enfants autochtones.

Photo : The Canadian Press / Jeff McIntosh

Radio-Canada

La militante et professeure de droit de la nation Gitxan s’apprête à recevoir, de l’Université Laurentienne de Sudbury, un nouveau doctorat honorifique à ajouter à sa collection.

Dans un communiqué de presse, l'Université Laurentienne qualifie Mme Blackstock de « pionnière Gitxsan » et affirme qu'elle a gagné des procès très disputés devant les tribunaux des droits de la personne qui ont donné lieu à des centaines de milliers de services fournis aux enfants autochtones.

Depuis de nombreuses années, Mme Blackstock se bat pour les droits des enfants des Premières Nations, des Inuit et des Métis. Elle a notamment poursuivi le gouvernement canadien en cour pour faire valoir les droits de 163 000 enfants autochtones.

La professeure de l’Université McGill n’exige rien de plus que « l’équité » pour eux.

Cindy Blackstock avec des peluches.

Cindy Blackstock a toujours eu très à cœur la cause des enfants autochtones.

Photo : The Canadian Press / Sean Kilpatrick

Mme Blackstock détient déjà près de 20 distinctions honorifiques décernées par des universités de tout le pays,

La militante cherche toujours à offrir aux enfants des Premières Nations les services équitables qui leur ont été refusés depuis la Confédération, dit-elle à CBC.

Récemment, le gouvernement canadien a décidé de porter en appel la décision du Tribunal canadien des droits de la personne qui l’oblige à verser 40 000 dollars à chaque enfant autochtone ayant subi des dommages causés par le système de protection de la jeunesse dans les réserves.  

Mme Blackstock, qui est aussi cofondatrice et directrice générale de la Société de soutien à l'enfance et à la famille des Premières Nations, a d’ailleurs soutenu un rassemblement visant à dénoncer cet appel samedi, devant l’Université McGill, à Montréal.

Mme Blackstock considérera que ses efforts seront couronnés de succès lorsque les enfants des Premières Nations n'auront pas à passer leur enfance à se battre pour l'égalité et que les enfants non autochtones n'auront plus jamais à s'excuser de ne pas en avoir fait assez ou de ne rien avoir fait [du tout].

Avec les informations de CBC

Enfance

Société