•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Surrey pourrait interdire le stationnement de nuit aux véhicules récréatifs

Un véhicule récréatif stationné en pleine nuit dans un rue résidentielle du Grand Vancouver.

La crise du logement pousse un nombre croissant de Britanno-Colombiens à vivre dans leur véhicule, selon des organismes.

Photo : Radio-Canada / Gian-Paolo Mendoza

Radio-Canada

À l'issue d'un vote qui se tiendra lundi, le conseil municipal de Surrey, en banlieue de Vancouver, pourrait interdire aux véhicules récréatifs et autres gros véhicules de stationner pendant la nuit dans les rues de la ville.

Un rapport de la Ville recommande d’interdire l’occupation et le stationnement de ces véhicules dans les quartiers résidentiels et dans les rues à proximité des parcs, des écoles et des églises entre 22 h et 6 h.

À l’heure actuelle, il est permis de stationner un véhicule récréatif pendant 72 h. Cependant, des plaintes, notamment au sujet du manque de places de stationnement, du bruit et de la gestion des déchets, sont à l'origine du rapport.

Manque de logements

Le changement de règlement vise à inciter davantage les occupants de gros véhicules à opter pour un logement convenable. La Ville sera attentive aux circonstances propres à chaque situation et mettra les occupants en contact avec les services de logement social.

Des travailleurs sociaux dénoncent le nouveau règlement proposé. Il n'y a pas de logements disponibles, et les gens essaient de faire preuve de créativité dans leur façon d'exister et de vivre, affirme Mike Musgrove, directeur général de l’organisme Surrey Urban Mission.

Nous attaquons, en quelque sorte, les personnes qui souffrent le plus.

Mike Musgrove, directeur général de l’organisme Surrey Urban Mission

Des interdictions similaires ailleurs dans la province

D'autres villes du Grand Vancouver ont également proposé ou mis en œuvre des interdictions similaires.

Des véhicules récréatifs dans les rues du Grand Vancouver.

La crise du logement à Vancouver est à un point culminant. Près de 2200 personnes sont itinérantes, selon la Ville, et la moyenne des prix de logements sur le marché a augmenté de plus de 6 % entre 2017 et 2018.

Photo : Radio-Canada

C'est le cas, entre autres, du district régional de Thompson-Nicola, à l’intérieur de la Colombie-Britannique, où les véhicules récréatifs ne peuvent pas être utilisés comme logements permanents.

À Squamish, le conseil de district songe à adopter un règlement visant à mettre fin au camping permanent aux abords de ses routes.

Avec les informations de Maryse Zeidler

Colombie-Britannique et Yukon

Immobilier