•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : la route de la Langue-de-Terre rehaussée à Maskinongé

Un chemin asphalté inondé

La route de la Langue-de-Terre, à Maskinongé, est inondée plusieurs semaines année après année.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada

Les travaux de rehaussement d’une portion de la route de la Langue-de-Terre à Maskinongé doivent commencer lundi après des années de revendication de la part des résidents, inondés année après année.

Le maire de Maskinongé Roger Michaud a expliqué en entrevue à Facteur matinal qu’un segment de 565 mètres doit être rehaussé d’environ 45 cm.

Ces travaux ne préviendront pas l’inondation du chemin riverain du lac Saint-Pierre ni des résidences qui s’y trouvent, mais permettront de limiter la période pendant laquelle la route de la Langue-de-Terre devient inaccessible lors de la crue des eaux printanières.

Roger Michaud convient que le rehaussement de 45 centimètres ne permettra pas de tout régler.

Quand tu as 50 pouces d’eau et que tu rehausses le chemin de 18 pouces, c’est sûr qu’il va rester de l’eau, a convenu le maire. [Mais] le chemin va être plus au sec pendant au moins une semaine ou deux de plus. Les services d’urgence, l’autobus scolaire et la collecte des ordures vont pouvoir se rendre.

Maisons entourées d'eau

Une portion de la municipalité de Maskinongé, en bordure du lac Saint-Pierre, se retrouve régulièrement sous l'eau lors de la crue printanière des eaux.

Photo : Radio-Canada

Les travaux de rehaussement de la route de la Langue-de-Terre devraient prendre une à deux semaines et coûter près de 250 000 $.

Le maire a rappelé que ces travaux ont été demandés par les résidents de la route de la Langue-de-Terre en 2014, alors qu’ils avaient déposé une pétition à la mairie.

Les tractations avec le ministère québécois de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques se sont déroulées sur deux ans et demi.

Mauricie et Centre du Québec

Affaires municipales