•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle murale à l’effigie de Greta Thunberg défigurée à Edmonton

Une murale colorée à l'effigie d'une jeune fille portant la mention « Arrêtez les mensonges. Nous sommes au pays du pétrole », en anglais.

Un homme d'Edmonton a d'abord tenu à rappeler sur l'image de Greta Thunberg que l'Alberta « est le pays du pétrole ».

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

Radio-Canada

Une toute nouvelle murale arborant le visage de la jeune militante écologiste Greta Thunberg a rapidement été couverte de graffitis constitués d’abord d’un message de défense de l’industrie pétrolière, ensuite d’invectives.

La murale, peinte sur un « mur libre », un pan de mur cédé à l’imagination des artistes urbains le long d’une piste cyclable entre la 94e Rue et la station Commonwealth, est l’oeuvre de l’artiste AJA Louden.

Une équipe de Radio-Canada filmait la murale lorsqu’un homme s’est approché de l’oeuvre pour y écrire en anglais, à grands traits de peinture en aérosol, « Arrêtez les mensonges. Nous sommes au pays du pétrole » sur le visage de la militante.

« On est en Alberta, au pays du pétrole. Mon père a travaillé pour l’industrie pétrolière. On n’a pas besoin que des étrangers viennent nous dire comment faire fonctionner nos entreprises, soutenir nos familles et nous nourrir », a-t-il expliqué.

Une oeuvre destinée à disparaître

Pour l’artiste AJA Louden, à qui CBC a parlé avant que des invectives ne soient ajoutées au message original, le fait que quelqu’un d’autre peigne par-dessus son oeuvre était prévisible, puisqu’il s’agit d’un mur libre.

« Rien n’est éternel. Ce que j’aime le plus de ce mur, c’est que tous peuvent s’y exprimer. Je n’ai pas vu ce qu’on y a écrit, mais si quelqu’un n’aime pas le portrait que j’ai fait, il peut simplement peindre par-dessus, c’est tout. »

Oeuvre éphémère, réactions immédiates

Un jeune homme peint des lettres sur une murale avec de la peinture en aérosol.

Le jeune homme a peint un message de soutien à l'industrie pétrolière par-dessus le visage de la militante suédoise.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Brown

Le premier à avoir écrit par-dessus l’oeuvre d’AJA Louden soutient avoir décidé de « faire son affaire » à l’oeuvre d’art urbaine après en avoir vu des photos sur les réseaux sociaux.

Selon lui, le Canada ne devrait pas réviser ses politiques énergétiques, parce que d’autres pays font pire.

Il ajoute que Greta Thunberg n’est qu’une enfant « qui fait ce qu’on lui dit » et ne propose aucune solution réelle. « Elle devrait retourner chez elle et tenter d’améliorer son propre pays. »

Plus tard, un deuxième homme est venu ajouter des injures mêlant le français à l’anglais à l’égard de la militante, lui enjoignant également de quitter le pays.

Alberta

Art urbain