•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fausse alerte à la bombe a entraîné l’évacuation de l’aéroport de Moncton

Véhicule de police, ambulance et camion de pompiers près de l'enseigne à l'entrée de l'aéroport.

Les policiers et premiers répondants à proximité de l'aéroport international Roméo-LeBlanc, à Moncton, le 20 octobre 2019

Photo : Twitter / @wadeperry1969 / Wade Perry

Radio-Canada

Une fausse alerte à la bombe a perturbé pendant environ deux heures dimanche soir les activités de l’aéroport international Roméo-LeBlanc, dans le Grand Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Le personnel de l’aéroport a alerté la police peu avant 19 h dimanche après avoir reçu un appel de menaces.

L’aéroport a été évacué et tous les départs et arrivées ont alors été interrompus.

Selon le caporal Luc Basque, de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), l’enquête menée sur les lieux a permis de déterminer qu’il n’y avait aucune menace concrète pour la sécurité du public et du personnel. Rien de suspect n'a été repéré par les agents.

La GRC dit avoir pu trouver l’origine de cet appel et continue de mener une enquête. Le caporal Basque rappelle que de proférer des menaces, même non fondées, est une infraction au Code criminel.

Les activités ont repris leur cours normal vers 21 h à l’aéroport international Roméo-LeBlanc. La responsable des communications de l’aéroport, Julie Pondant, indique qu’un seul vol a été redirigé, en l’occurrence vers Fredericton, mais que l’appareil a par la suite repris sa route vers Moncton pour s’y poser.

L'évacuation s'est faite dans le calme, a précisé Mme Pondant.

Nouveau-Brunswick

Justice et faits divers