•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des candidats essoufflés, mais satisfaits au fil d’arrivée en Outaouais

Mosaïque de Steven MacKinnon, Nicolas Thibodeau, Dave Blackburn et Yves Destroimaisons en train de travailler dans des quartiers résidentiels à l'occasion de la campagne électorale.

Le libéral Steven MacKinnon (en haut à gauche), le néo-démocrate Nicolas Thibodeau (en haut à droite), le conservateur Dave Blackburn (en bas à gauche) et le bloquiste Yves Destroimaisons (en bas à droite) ont confiance en leurs chances de gagner, malgré une course serrée.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Alors que la campagne électorale tire à sa fin, les candidats de l’Outaouais étaient toujours à pied d’œuvre dans leur circonscription dimanche. Malgré leurs divergences, ils demeurent optimistes, tout en reconnaissant que la course n’aura pas été de tout repos.

Croyez-le ou non, il y en a qui ne savaient même pas que c’était demain [l'élection], alors chaque jour compte, a noté avec humour le candidat néo-démocrate de Hull—Aylmer lors d’un dernier sprint de porte à porte, dimanche.

Nicolas Thibodeau tente de reconquérir les électeurs qui ont délaissé le Nouveau Parti démocratique en 2015, mais la victoire est encore bien difficile à prévoir, tant et si bien qu’il évoque déjà la possibilité d’une coalition si le gouvernement élu lundi est minoritaire.

Ça va être très intéressant de voir comment les gens vont voter. On voit qu’il y a eu un bon taux de participation au vote par anticipation, alors on se croise les doigts pour demain, a indiqué M. Thibodeau.

Le poids d’un bilan

Dans la circonscription de Pontiac, le conservateur Dave Blackburn espère pour sa part déloger William Amos, élu sous la bannière libérale en 2015. M. Blackburn ne s’est pas caché de l’ampleur du défi qui se présente à lui.

Ça va être une course serrée jusqu’à la fin avec les libéraux, a-t-il avoué, ajoutant qu’il a mené depuis la dernière année une précampagne pour tenter de défaire M. Amos.

Ça va être intéressant jusqu’à tard [lundi] soir.

Dave Blackburn, candidat conservateur dans Pontiac

D’après M. Blackburn, de nombreux électeurs lui ont manifesté leur mécontentement quant au bilan et aux agissements de Justin Trudeau, choses desquelles il pense pouvoir tirer profit.

Le député sortant de Gatineau, le libéral Steven MacKinnon, n’a pas caché que certains aspects du dernier mandat sont venus corser sa campagne.

Ç’a été une campagne différente. Évidemment, on a un bilan à défendre. On a des réalisations, mais on a aussi fait des choses qui oui, sont controversées, a-t-il reconnu. J’ai eu du plaisir à faire campagne. On est redevable envers les gens que l’on représente.

Le vent dans les voiles

Yves Destroismaisons, qui porte les couleurs du Bloc Québécois dans Argenteuil—La Petite-Nation, espère lui aussi remplacer un député libéral.

Encouragé par la performance de sa formation politique dans les sondages des dernières semaines, il reconnaît que la course n’aura pas été facile pour autant.

Si je gagne, ça va avoir été David contre Goliath, parce que je n’ai pas beaucoup de budget. J’essaie d’être le plus visible possible, a-t-il expliqué.

Il y aura au total 856 bureaux de vote ordinaires dans les quatre circonscriptions de l’Outaouais, en plus de 62 bureaux de vote itinérants. Il sera possible de s’inscrire pour voter dans l’un de ces bureaux lundi, selon Élections Canada.

Avec les informations de Yasmine Mehdi et d'Amanda Pfeffer de CBC

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale