•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Île-du-Prince-Édouard célébrera les 300 ans de l'arrivée des premiers Acadiens

L’Île-du-Prince-Édouard célèbrera en 2020 les 300 ans de l’arrivée des premiers Acadiens sur son territoire.

Un drapeau rouge, blanc et bleu avec une étoile jaune dans le coin gauche, planté dans une platebande de verdure devant un église blanche en bois.

Le drapeau de l'Acadie devant l'église Saint-Augustin à Rustico, à l'Île-du-Prince-Édouard, durant le Congrès mondial acadien 2019.

Photo : Radio-Canada / François Pierre Dufault

Radio-Canada

C’est en 1720 que les premiers arrivants acadiens ont foulé la terre rouge de l’Île-du-Prince-Édouard, dans l’espoir de se trouver un petit lopin de terre.

À l’aube des 300 ans de leur arrivée sur l’Île, l’historien George Arseneault se donne comme défi de faire connaître l’histoire de ces Acadiens comme l’un des premiers peuples insulaires de l’endroit. 

L'historien Georges Arsenault discute avec l'animateur Denis Duchesne pendant l'émission du Réveil de l'Île-du-Prince-Édouard.

Georges Arsenault, historien

Photo : Radio-Canada / Jacques Giguère

En 1720, l’Île-du-Prince-Édouard telle qu’on la connaît n’existait pas encore. 

« Il y avait certainement quelques centaines de Micmacs qui habitaient l’île à l’époque. Je pense qu’ils y habitaient surtout pendant la belle saison, puis ils traversaient le détroit pour l’hiver pour mieux faire la chasse », souligne l’historien.

En 1720, l’endroit était appelé Isle Saint-Jean et il venait d’être octroyé à une compagnie de la France, dont s’occupait le comte Saint-Pierre.

Ce dernier devait apporter un nombre de colons toutes les années afin d’y établir une colonie insulaire. De nombreux Acadiens ont fait partie de cette toute première communauté. 

Femme et un enfant en costumes du 18e siècle pendant un tournage.

Tournage de la « Minute du patrimoine » consacrée à la déportation des Acadiens, le 7 septembre 2018 à Annapolis Royal, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Peter Dawson

« La compagnie était surtout intéressée à s’aventurer dans la pêche à la morue, parce que c’est ça qui payait à l’époque et c’est là qu’on faisait le profit le plus rapidement. Mais selon l’entente avec le gouvernement de France, il fallait qu’ils emmènent des colons, (...) des gens pour coloniser », indique George Arsenault. 

Mais la compagnie de l’Isle Saint-Jean n’a pas fait long feu. 

« Elle a fait faillite. La plupart des gens qui sont venus directement de France il y a à peu près trois ans ont quitté l’endroit. Mais la même année, on avait recruté quelques familles acadiennes pour venir à l’île et elles, elles sont restées », indique l’historien. 

Même lorsque la compagnie est fermée, plusieurs Acadiens habitent toujours l’Île pour y pratiquer la pêche à la morue. 

Des femmes en habits d'époque devant un séchoir à laine.

Les colons apprennent à filer la laine et à tisser des filets au Village historique acadien.

Photo : Productions Rivard et Zone 3

La Déportation

Alors qu’à cette époque plusieurs Acadiens choisissent la Nouvelle-Écosse comme demeure, d’autres préféraient l’Île pour sa terre riche. C’est lorsqu'une présence anglaise dominante s’installe en Nouvelle-Écosse que de nombreux Acadiens décident de trouver refuge à l’Île-du-Prince-Édouard. 

« Entre 1748 et 1752, il y a eu une augmentation importante d’Acadiens qui choisissent l’Île comme demeure. Pendant les premières années, les gens n’étaient pas nombreux. Il n’y avait que quelques centaines de personnes sur place, dont quelques Français », souligne George Arsenault. 

« Lorsqu’on commence à menacer de plus en plus les Acadiens de quitter la Nouvelle-Écosse, c’est là qu’on va commencer à voir une immigration très importante. La population va même tripler dans l’espace de quelques années. »

Une reconnaissance éventuelle de la Déportation de 1755 comme génocide ne fait pas l'unanimité en Acadie.

Une image tirée de la série Le Canada: Une histoire populaire pour illustrer la déportation des Acadiens en 1755.

Photo : Radio-Canada

En 1755, lorsque la déportation des Acadiens commence sur le territoire de la Nouvelle-Écosse, ils sont nombreux à trouver refuge à l’Isle Saint-Jean avec leurs familles, en croyant éviter le pire. 

Malheureusement, en 1758, les Acadiens de l’Île-du-Prince-Édouard sont confrontés aux mêmes problèmes : les Anglais veulent les déporter eux aussi. 

La déportation des Acadiens de l'Isle Saint-Jean par les Anglais a eu lieu d'août à décembre 1758. Quelque 3000 Acadiens ont été embarqués de force sur des navires à destination de l'Europe. Trois navires, le Duke William, le Ruby et le Violet, ont fait naufrage, faisant plusieurs centaines de victimes.

Quelques familles évitent toutefois la Déportation et se cachent sur l’Île. Selon l’historien, ils sont près de 1000 à avoir évité cet événement malheureux.

Ils sont nombreux à se sauver dans des camps de réfugiés à Miramichi ou le long de la côte du Nouveau-Brunswick. 

Après la Déportation, certaines de ces familles sortent de l’ombre et regagnent leur chez-soi à l’Île-du-Prince-Édouard. 

Monument rappelant la déportation des Acadiens, au parc national de Skmaqn–Port-la-Joye–Fort-Amherst, à l'Île-du-Prince-Édouard.

Monument rappelant la déportation des Acadiens, au parc national de Skmaqn–Port-la-Joye–Fort-Amherst, à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Getty Images / brytta

Chaque année depuis 2008, la francophonie insulaire commémore le 13 décembre la déportation des Acadiens de l'Isle Saint-Jean en 1758 et le naufrage de trois navires anglais dans lequel ont péri des centaines de personnes.

La famille Haché-Gallant

Une des premières familles acadiennes à s’installer sur l’île aura, sans le savoir, enraciné la culture acadienne à l’Île-du-Prince-Édouard et même partout au Canada. 

« Une des familles qui est toujours ici et qui est la plus nombreuse chez les Acadiens est la famille Haché-Gallant. Alors tous les Gallant et les Haché au Canada, je pense, descendent de Michel Haché-Gallant et Anne Cormier », dit-il. 

Il raconte que la famille Haché-Gallant habitait Beaubassin avant de déménager à l’Île. Le père avait déjà plus de 50 ans et travaillait comme charpentier. Ses talents et ceux de ses fils lui ont permis de se frayer une place dans cette nouvelle communauté. 

Avec les renseignements de l'émission Michel le samedi

Île-du-Prince-Édouard

Histoire