•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Premières Nations déplorent l’absence d’Andrew Scheer dans sa circonscription

Le chef conservateur fédéral Andrew Scheer lors d’une conférence de presse à Toronto, le jeudi 29 août 2019.

Le chef conservateur Andrew Scheer ne s'est toujours pas arrêté dans sa circonscription, Regina–Qu'Appelle.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada

Les chefs des Premières Nations de la circonscription de Regina–Qu’Appelle, en Saskatchewan, déplorent l’absence relative de leur député, Andrew Scheer, au cours de la campagne électorale, et ont l’impression d’être laissés pour compte par les conservateurs.

Parmi ses habitants, la circonscription que représente le chef du Parti conservateur du Canada (PCC) aux Communes depuis 2004 compte les membres de 12 Premières Nations.

« Le plus désolant, c’est qu’il est député de cette circonscription depuis longtemps, mais il n’a visité notre communauté et n’a tenté de s'en rapprocher qu’une seule fois », explique le chef de la Première Nation de Piapot, Jeremy Fourhorns.

Le Parti conservateur n’a pas souhaité commenter la dernière visite de son chef aux Autochtones de Regina–Qu’Appelle. Andrew Scheer ne s’est toujours pas arrêté dans sa circonscription au cours de cette campagne électorale.

Appel des Premières Nations

Récemment, le chef adjoint de la Fédération des nations autochtones souveraines (FSIN), représentant 74 communautés autochtones saskatchewanaises, a lancé un appel au chef conservateur par Twitter, indiquant que les chefs de sa circonscription aimeraient lui parler.

Lors de l’un des débats des chefs, Andrew Scheer a dit soutenir le développement des langues autochtones et vouloir combattre la traite de personne, mais il est demeuré évasif quant à l’adoption de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

Une tendance de campagne

Pour la chef de la Nation Dakota de Standing Buffalo, Roberta Soo-Oyewaste, l’ensemble de la campagne, tous partis confondus, a peu traité des enjeux autochtones, laissant entendre que les Premières Nations ne sont pas prioritaires.

Cette impression est encore plus marquée dans Regina–Qu’Appelle, où l’absence du député en dit long sur l’opinion de son parti à propos des Premières Nations, d'après Jeremy Fourhorns.

Avec les informations de La Presse canadienne

Saskatchewan

Élections fédérales