•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Visite discrète à Fort McMurray pour Greta Thunberg

Allan Adam pose pour une photo en compagnie de Greta Thunberg.

Le chef de la Première Nation Athabasca Chipewyan, Allan Adam, a rencontré la jeune activiste Greta Thunberg à Fort McMurray vendredi soir.

Photo : gracieuseté

Radio-Canada

La jeune activiste suédoise Greta Thunberg s’est rendue à Fort McMurray vendredi.

Elle y est arrivée en soirée, après sa participation à une manifestation pour le climat à Edmonton.

Greta Thunberg en a profité pour rencontrer le chef de la Première Nation Athabasca Chipewyan, Allan Adam.

« Nous avons discuté de ce qui se passe dans notre région et du fait que tout ce qui se fait à Fort McMurray affecte les membres de ma communauté. Notre Première Nation ressent définitivement les effets des changements climatiques et nous voulons plus d’actions », dit-il.

Allan Adam a expliqué à la jeune activiste que sa Première Nation utilise l’argent reçu de l’industrie des sables bitumineux pour financer des projets tels qu’une surveillance communautaire des effets des changements climatiques sur la région.

« Il a fallu quelqu’un d’Europe, une jeune femme qui a le courage de tenir tête au Canada et aux États-Unis, pour leur dire que leurs émissions de gaz à effet de serre sont une catastrophe mondiale qui touche toute l’humanité », souligne-t-il.

Présence controversée

La venue de l'adolescente a divisé la population en Alberta. Robbie Picard est le fondateur du groupe d’activistes Oilsands Strong et fait partie de ceux qui critiquent sa venue.

« Elle a 16 ans et veut contribuer à faire un monde meilleur, on devrait être gentil avec elle », avance-t-il, avant d’ajouter qu’elle n’en reste pas moins la dernière célébrité d’une longue série à donner son opinion sur l’industrie des sables bitumineux.

De son côté, Patricia Menon vit à Fort McMurray et est présentement en 10e année. Elle participe à un programme qui jumelle des élèves du secondaire avec des élèves du primaire dans le but de discuter d’environnement. La visite de Greta Thunberg dans sa ville est excitante pour l’adolescente.

« Je sais que de nombreuses personnes ne sont pas contentes de sa visite et pensent qu’elle essaie de mettre fin à l’industrie des sables bitumineux, mais je suis contente qu’elle soit ici parce qu’elle nous éduque sur les changements climatiques », dit Patricia Menon.

Greta Thunberg n’a pas répondu aux demandes d'entrevue de Radio-Canada.

Avec les informations de Jamie Malbeuf

Alberta

Changements climatiques