•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À quoi s’attendre lundi soir dans l’Est-du-Québec?

Un crayon trace une croix sur un bulletin de vote.

Le jour du scrutin est fixé au lundi 21 octobre 2019.

Photo : iStock

Dereck Doherty

À moins de 24 heures du scrutin et après 40 jours de campagne, à quoi les citoyens et les électeurs de l’Est-du-Québec peuvent-ils s’attendre pour le jour du vote? Des analystes présentent un bilan de campagne avec quelques prédictions.

Il n’y a pas eu de thème particulier ou de question de l’urne susceptible de convaincre les électeurs de l'Est-du-Québec de voter pour l’un ou l’autre des partis au cours de la campagne électorale, comme cela a été le cas lors de certaines campagnes passées, selon l'analyste politique et ex-enseignant Marcel Marsolais.

Toutefois, il a reconnu la récurrence de certains enjeux au Bas-Saint-Laurent, sur la Côte-Nord, en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine. La pénurie de main-d’œuvre, le vieillissement de la population et la décroissance économique sont des thèmes qui planaient un peu partout dans nos régions, a-t-il dit.

En fait, [la question] c’est est-ce qu’on veut encore les libéraux pour quatre ans?, a pour sa part soutenu le professeur en sciences politiques au Cégep de Rimouski Benoît Collette.

Benoît Collette répond aux questions d'un journaliste dans les studios de Radio-Canada.

Benoît Collette, professeur en sciences politiques au Cégep de Rimouski

Photo : Radio-Canada

Selon l'analyste Marcel Marsolais, les électeurs sont au stade de se demander quelle formation politique offre les meilleures réponses concernant les problèmes auxquels les régions font face. Je ne pense pas que la réponse soit si limpide que ça pour les électeurs et les électrices de l’Est-du-Québec, a soutenu l’analyste.

De son côté, M. Collette a dit s'attendre à des luttes à deux dans les circonscriptions de l'est de la province, mais il donne l'avantage au Bloc québécois. Le fait que le Bloc québécois a mené une bonne campagne, son chef a été très posé et a évité les gaffes [...] ça a eu une certaine résonance avec les gens de l'Est-du-Québec.

Des controverses qui peuvent faire mal

M. Marsolais prévoit que la controverse des derniers jours où l’on apprenait que le Parti conservateur d’Andrew Scheer aurait engagé une firme pour tenter de salir le Parti populaire du Canada de Maxime Bernier pourrait avoir un impact sur le vote bleu dans la région.

Marcel Marsolais, ex-enseignant en science politique au Cégep de Baie-Comeau.

Marcel Marsolais, analyste politique et ancien enseignant au Cégep de Baie-Comeau

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Ça pourrait jouer dans un comté comme Montmagny—L’Islet—Kamouraka—Rivière-du-Loup où [le député sortant Bernard Généreux] a gagné par une longueur de nez en 2015, a-t-il dit en entretien à Radio-Canada.

On ne veut jamais terminer une campagne électorale sur un événement comme celui-là.

Marcel Marsolais, analyste politique et ex-enseignant

M. Marsolais estime par ailleurs que la capacité qu'ont les partis de faire sortir leur vote sera la donnée qui pourrait faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre. Il estime que la machine libérale est structurée et a les moyens de faire sortir le vote, alors qu'il doute que le Bloc ait réussi à rebâtir son organisation depuis la défaite de 2015.

M. Collette, lui, rappelle que le Bloc québécois bénéficie par extension des ressources du Parti québécois dans la région.

Les bureaux de scrutin seront ouverts lundi de 9 h 30 à 21 h 30 partout dans l'Est-du-Québec, à l'exception de la circonscription Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, où le directeur de scrutin a voulu tenir compte de fuseau horaire de l'archipel. Les électeurs madelinots peuvent voter de 9 h 30 à 21 h 30, heure locale, alors que ceux de la Gaspésie sont conviés aux bureaux de vote entre 8 h 30 et 20 h 30, heure locale.

Toutes les informations quant au vote de lundi se trouvent sur le site Internet d'Élections Canada (Nouvelle fenêtre).

Avec les informations de Denis Leduc

Notre dossier Élections Canada 2019

Bas-Saint-Laurent

Politique fédérale