•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sprint final pour la campagne électorale dans Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia

Rémi-Jocelyn Côté, Rémi Massé et Kristina Michaud lors du débat au cégep de Matane.

Les candidats du NPD, du Parti libéral et du Bloc québécois poursuivent leur campagne sur le terrain jusqu'à la toute fin.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

En ce dernier week-end de la campagne électorale fédérale, les candidats accélèrent le pas pour tenter de convaincre les électeurs de voter pour eux lundi, particulièrement dans la circonscription d'Avignon–La Mitis–Matane–Matapédia où le Parti libéral et le Bloc québécois se livrent une lutte serrée.

En excluant la MRC d'Avignon, la circonscription était détenue par le Bloc québécois depuis 1993 avant de passer aux mains des libéraux aux dernières élections de 2015.

La candidate bloquiste Kristina Michaud espère reprendre la circonscription le 21 octobre. Si elle se dit encouragée par les prévisions qui la placent en avance dans les intentions de vote, elle demeure toutefois prudente.

Je pense que c'est très serré. Chaque vote compte et c'est pourquoi j'appelle encore tous les gens à aller voter. Ce n'est plus des encouragements dont on a besoin, c'est des votes dans l'urne, indique la candidate.

C'est beaucoup plus encourageant de rencontrer quelqu'un qui me dit : ''tout le village est derrière toi'' que n'importe quel chiffre sur un graphique.

Kristina Michaud, candidate du Bloc québécois dans Avignon–La Mitis–Matane–Matapédia

Elle estime que le parti de Justin Trudeau n'a pas su répondre aux besoins des gens de la région.

Les investissements qu'il y a eus ici dans les quatre dernières années, ce que j'entends sur le terrain, c'est que ça n'a pas apporté un changement concret dans la vie de tous les jours et en discutant avec les gens, ils voient que je peux peut-être apporter un changement pour eux, donc ça fait la différence, souligne Kristina Michaud.

Notre dossier Élections Canada 2019

Par ailleurs, elle dit avoir reçu plusieurs commentaires positifs sur la campagne menée par son chef Yves-François Blanchet.

Kristina Michaud, souriante, devant des rangées de vignes.

Samedi, la candidate bloquiste Kristina Michaud a participé aux vendanges au vignoble Carpinteri, à Saint-Ulric.

Photo : Radio-Canada

Pour les dernières 48 heures avant le jour du vote, la candidate maintient sa stratégie de terrain.

C'est un blitz, ça sent la fin, mais ça ressemble à tous les autres week-ends de campagne que j'ai passés sur le terrain à aller à la rencontre des gens. Je ne change pas la stratégie, j'ai eu d'assez bons commentaires sur la façon dont j'ai fait campagne, je pense que ça a été apprécié donc je continue ça jusqu'à la fin, explique-t-elle.

Les libéraux s'ajustent face à la montée du Bloc

De son côté, le député sortant Rémi Massé a dû modifier sa stratégie pour tenter de contrer le Bloc québécois, lui qui avait pourtant récolté près de 40 % des votes en 2015.

Le Bloc québécois dit qu'ils sont les seuls à défendre les intérêts du Québec. Écoutez, moi, je suis Québécois, je travaille pour ma région et je fais partie d'une équipe de 40 députés québécois qui travaillent pour les intérêts du Québec, indique le député libéral.

Le Bloc québécois, lorsque c'était le temps de défendre les intérêts du Québec, ils votaient contre des mesures progressistes et sociales comme l'allocation canadienne pour enfants, l'augmentation du supplément de revenu garanti pour les aînés, et lorsqu'est venu le temps d'augmenter de 100 millions de dollars les budgets de Développement économique Canada pour le Québec, ils ont voté contre, souligne Rémi Massé.

Rémi Massé discute avec trois femmes assises à une table.

Le député sortant Rémi Massé est allé à la rencontre des électeurs samedi aux Galeries Mont-Joli.

Photo : Radio-Canada

Le député libéral ne se laisse pas abattre par les prévisions, et assure que son soutien est resté le même depuis le début de la campagne.

La réception est fort positive. Tous les gens que je rencontre me connaissent, connaissent le bilan. Les gens savent qu'on a fait un excellent travail pour la région. On a réglé le dossier du port de Matane, on a réglé le dossier de la décontamination des terrains de Mont-Joli, observe-t-il.

Bien sûr, il y avait des interrogations. Est-ce que la remontée du Bloc va se matérialiser dans les bureaux de scrutin? Concrètement, ce qu'on voit sur le terrain, c'est des gens qui nous supportent, donc on demeure optimiste jusqu'à la fin.

Rémi Massé, député libéral sortant dans Avignon–La Mitis–Matane–Matapédia

Il estime également que seul le Parti libéral est en mesure d'empêcher l'élection d'un gouvernement conservateur.

Tous les comtés libéraux qui nous échapperaient, c'est des comtés de plus pour voir un gouvernement conservateur être élu. C'est ça, l'enjeu principal : on ne peut pas se lever le 22 octobre avec un gouvernement conservateur. On a vu ce que ça a donné pendant 10 ans pour notre région, ça a été désastreux, rappelle Rémi Massé.

Le NPD mise sur son authenticité

Pour sa part, le candidat néo-démocrate Rémi-Jocelyn Côté ne s'inquiète pas de la remontée du Bloc québécois.

Honnêtement, en ce moment, je n'entends pas vraiment parler du Bloc positivement. Je pense pas que les gens veulent reculer en arrière, indique-t-il.

Les sondages, je ne pense pas à ça. Quand je fais du porte à porte, ce n'est pas de ça que j'entends parler. J'entends parler de mon côté humain que les gens aiment, souligne le candidat.

À chaque élection, on parle tout le temps d'un changement, mais si je me fie aux sondages, on dirait que les gens veulent refaire les mêmes erreurs du passé, c'est-à-dire soit le Bloc, soit libéral. Je me dis que c'est peut-être le temps d'avoir quelqu'un comme eux qui les représentent.

Rémi-Jocelyn Côté, candidat du Nouveau Parti démocratique dans Avignon–La Mitis–Matane–Matapédia

Comme ses adversaires, il entend poursuivre ses efforts sur le terrain jusqu'à la fin, mais précise qu'il doit également maintenir ses occupations régulières.

Rémi-Jocelyn Côté en entrevue avec Radio-Canada. Derrière lui, trois personnes s'affairent dans le jardin.

Le candidat néo-démocrate Rémi-Jocelyn Côté s'est rendu au jardin communautaire de Sainte-Luce samedi.

Photo : Radio-Canada

Rémi-Jocelyn Côté est conseiller municipal à Sainte-Luce et garagiste, en plus d'être copropriétaire et entraîneur au club de boxe Victoire, à Rimouski.

J'ai décidé de financer ma campagne quasiment à 100 % moi-même, alors je dois continuer à travailler, explique-t-il.

J'ai décidé de montrer aux gens qu'on est capables d'être présents. Oui, je fais 95 heures par semaine, oui, je suis fatigué, mais je suis content d'être ici avec les gens. On continue de faire du porte à porte, affirme le néo-démocrate.

La candidate du Parti conservateur, Natasha Tremblay, n'a pas répondu aux demandes d'entrevue de Radio-Canada.

Environ 20 % des électeurs de la circonscription ont profité du vote par anticipation, ce qui représente 2440 personnes de plus qu'aux dernières élections fédérales de 2015.

Avec les informations de Michel-Félix Tremblay

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Politique fédérale