•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Estrienne célèbre ses 110 ans

La centenaire regarde la journaliste.

Yvonne Delorme-Martel célèbre ses 110 ans

Photo : Radio-Canada / Dominique Bertrand

Katy Larouche

Yvonne Delorme Martel a fêté ses 110 ans au CHSLD Youville à Sherbrooke, entourée des cinq générations de sa famille.

La doyenne de l’Estrie est parmi les personnes les plus âgées au Québec. Elle a vu le jour à Ham-Sud en 1909 et a passé la majeure partie de sa vie à Stoke où elle a eu cinq enfants.

Yvonne Delorme Martel est une femme qui a travaillé dur dans sa vie, affirment unanimement ses proches.

On l’a placée en résidence quand elle avait 99 ans. Elle avait encore son appartement et se faisait à manger. Encore aujourd’hui, elle s’ennuie de son logement à Stoke, souligne sa fille Nicole Goupil.

La femme de 110 ans n’entend plus très bien et elle se déplace maintenant en fauteuil roulant, mais sa famille assure qu’elle est encore en bonne forme pour son âge.

Yvonne Delorme-Martel reçoit son gâteau d'anniversaire.

Yvonne Delorme-Martel a soufflé 110 bougies.

Photo : Radio-Canada / Katy Larouche

Une femme de campagne

En plus d’avoir travaillé comme sage-femme dans son village, Mme Delorme-Martel a élevé ses enfants dans un secteur reculé de Stoke.

Elle était dans le bois, à cinq kilomètres du village. À ma naissance, il n’y avait même pas de route, souligne sa fille Monique Martel qui est née en 1936.

Mme Delorme-Martel tient la main du petit James, 7 mois, qui lui sourit.

Yvonne Delorme-Martel a reçu la visite de son arrière-arrière-petit-fils de 7 mois lors de son anniversaire.

Photo : Radio-Canada / Dominique Bertrand

Yvonne Delorme-Martel travaillait la terre et pratiquait la chasse et la pêche pour nourrir sa famille.

Ah ! J’étais une bonne pêcheuse, se rappelle-t-elle. Le truc, c’était de mettre sa ligne très doucement à l’eau.

Mme Delorme-Martel n’hésitait pas à tirer à la carabine pour ramener un chevreuil à la maison et elle cultivait toute une variété de légumes afin d’être autosuffisante tout au long de l’année.

Je faisais un grand jardin et après je cannais. Je cannais pour tout l’hiver, se souvient-elle.

Elle explique qu’elle faisait même sécher des tranches de pommes à l’automne afin de les utiliser tout au long de l’hiver dans ses tartes.

Dans mon temps, c’était pas riche, mais c’était quand même mieux qu'aujourd’hui.

Yvonne Delorme-Martel, 110 ans

Une inspiration pour sa famille

Audréane Châteauneuf, son arrière-petite-fille de 20 ans, s'estime chanceuse de connaître son arrière-grand-mère. Elle affirme que la femme de 110 ans est une inspiration pour elle.

Elle a commencé par défricher sa terre, elle a vu toute l’évolution de la technologie qu’on connaît aujourd’hui. Elle en connaît beaucoup plus que la plupart des gens, décrit-elle.

Les deux filles et le fils de Mme Delorme-Martel se serrent dans leurs bras en regardant vers la caméra.

Yvonne Delorme-Martel a eu cinq enfants, dont trois qui sont toujours en vie.

Photo : Radio-Canada / Dominique Bertrand

Ses filles se souviennent d’une mère qui était sévère. Elles se rappellent toutefois qu’elle était toujours prête à venir les aider lorsqu'elles en avaient besoin. Un service que sa fille Monique lui rend aujourd’hui avec plaisir, maintenant que sa mère a atteint un âge vénérable.

Estrie

Retraite