•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Perdu à la poste, le bulletin de vote d’un Vancouvérois n’est jamais arrivé à Londres

Gros plan sur le logo d'Élections Canada écrit en noir sur fond jaune.

Selon Élections Canada, «une poignée» d'électeurs habitant à l'étranger n'ont pas reçu leur trousse afin de voter.

Photo : Radio-Canada / Olivier Jodouin

Radio-Canada

Le bulletin de vote d’un Vancouvérois perdu dans le système de livraison du courrier quelque part entre les bureaux d’Élections Canada et Londres jette un nouvel éclairage sur les difficultés qu’ont éprouvées certains Canadiens à voter par la poste.

Plusieurs citoyens canadiens qui, comme Victor Bomers, vivent à l’étranger ont eu de la difficulté à exercer leur droit de vote en vue des élections fédérales du 21 octobre.

Le Vancouvérois de 31 ans est de ceux qui souhaitaient se prévaloir des effets d’une décision rendue par la Cour suprême du Canada en janvier 2019 déclarant inconstitutionnelle l’interdiction de voter imposée à ceux qui n’habitent pas au pays depuis plus de 5 ans.

L’ennui, c’est que son bulletin de vote ne s’est jamais rendu à Londres, où il habite depuis 9 ans.

Lorsqu’il a communiqué avec Élections Canada pour savoir où était le précieux document, on lui a fait savoir qu’il avait été envoyé, mais personne ne savait où il était rendu.

Pas le seul

Dans un courriel envoyé à Victor Bomers, le Haut-commissariat du Canada au Royaume-Uni laisse entendre que celui-ci n’est pas le seul voir s’évanouir la possibilité d’exercer son droit de vote.

« Quelques autres électeurs potentiels nous ont dit n’avoir jamais reçu leur bulletin de vote après s’être enregistrés en septembre », lit-on dans le courriel.

Du côté d’Élections Canada, on confirme la réception de « quelques plaintes » de Canadiens habitant à l’extérieur du pays parce que leur bulletin ne leur est jamais parvenu.

Le nombre de personnes touchées par ces défaillances postales ne sera connu qu’après les élections, précise Élections Canada, ajoutant toutefois que ce nombre « est très, très faible en comparaison au nombre de trousses de l’électeur envoyées par la poste ».

« Le plus frustrant, affirme Victor Bomers, c’est qu’on ne m’a pas officiellement refusé le droit de vote, mais dans les faits, c’est ce qui s’est produit. »

Colombie-Britannique et Yukon

Élections fédérales