•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fierté LGBT dans les écoles : une Église a mobilisé ses membres avant le vote à Regina

Des gens assis dans une salle regardent un graphique montrant les résultats du vote projeté sur un écran.

La motion a été défaite mardi.

Photo : Radio-Canada / Emily Pasiuk

Radio-Canada

L’Église Victory de Regina confirme avoir lancé une campagne d’influence par courriel avant le rejet par la Division scolaire des écoles publiques de Regina, mardi, d’une motion donnant la liberté aux écoles de célébrer la fierté LGBTQ2+ comme bon leur semble.

Le pasteur Terry Murphy confirme que sa communauté chrétienne a d’abord reçu un courriel indiquant que la motion serait présentée et qu’elle l’a fait suivre aux membres de sa liste de diffusion.

Il nie toutefois avoir lui-même pris connaissance du contenu du courriel ou de l’identité de son auteur en raison de problèmes informatiques.

« Je ne l’ai pas lu, mais on nous a demandé de le faire suivre aux membres de notre communauté, ce qu’on a fait, pour faire savoir aux gens qu’un vote aurait lieu en lien avec cette motion », explique-t-il.

Selon lui, l’envoi de courriels aux membres de sa communauté pour les tenir au courant d’enjeux de société est tout à fait normal. Il cite notamment une initiative semblable tenue lorsque la Ville de Regina a voulu adopter son règlement sur les salons de massage.

Une question morale

Questionné sur ses appréhensions face aux célébrations de la Fierté LGBTQ2+, le pasteur ne cache pas ses inquiétudes en voyant le développement des célébrations sur le continent.

« En Amérique du Nord, on lit toute sorte de choses sur des travesties lisant des contes dans les bibliothèques publiques et je crois que ça a aussi lieu au Canada. Ça nous dérange et ça nous inquiète. »

Selon lui, le genre de question que soulèvent les célébrations de la Fierté relève de l’ordre moral et ne devrait pas être traité à l’École. Celle-ci devrait plutôt se concentrer sur les mathématiques, la lecture, l’écriture et les sciences sociales, croit-il.

« Comme parents, nous sommes préoccupés par la façon dont nos enfants sont éduqués. On les envoie à l’école pour qu’ils soient instruits et prêts à affronter la vie, pas endoctrinés à coup de normes morales contraires à celles de l’Église. »

C’est pourquoi le pasteur a choisi d’informer ses fidèles de la tenue du vote. Il s’agit, selon lui, d’un « sujet brûlant » qui mérite l’attention de sa communauté.

« On n’essaie pas de priver les autres de leurs droits, juste de protéger les nôtres », soutient-il.

Saskatchewan

Éducation