•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La députée accusée d'agression armée dit faire face à de « grandes difficultés personnelles »

Une femme parle en face de la caméra dans une salle de l'Assemblée législative.

Amy Fee est députée de Kitchener-Sud–Hespeler pour le Parti progressiste-conservateur de l'Ontario et est également leader parlementaire ajointe du gouvernement de l’Ontario.

Photo : CBC/Power & Politics)

Radio-Canada

Une membre du gouvernement progressiste-conservateur de l'Ontario a déclaré qu'elle faisait face à une année de « grandes difficultés personnelles » et cherchait de l'aide pour démarrer une « nouvelle vie ».

Amy Fee, adjointe parlementaire au ministre des Services à l'enfance et des Services sociaux et communautaires, ainsi que leader parlementaire adjointe du gouvernement, a déclaré vendredi soir dans un communiqué qu'elle cherchait du soutien psychologique alors qu'elle essayait de se concentrer sur sa famille et sa circonscription.

La déclaration survient alors que Amy Fee, qui représente la circonscription de Kitchener South — Hespeler, a été inculpée de deux chefs d'agression armée.

La députée progressiste-conservatrice Amy Fee a été accusée de voies de fait après deux incidents présumés de violence conjugale touchant son mari, Stephen Craig Fee.

Amy Fee a déclaré qu'elle avait hâte de collaborer avec les autorités chargées des enquêtes, sans toutefois parler des chefs d’accusation.

Un porte-parole du premier ministre Doug Ford avait déclaré dans un communiqué vendredi : Amy Fee est une membre très importante de notre caucus et nous la soutenons.

Avec des informations de La Presse Canadienne

Toronto

Politique provinciale