•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ugo Fredette coupable de deux meurtres au premier degré

Ugo Fredette dans un restaurant.

Ugo Fredette

Photo : Radio-Canada

Geneviève Garon

Le verdict est sans équivoque : Ugo Fredette, 44 ans, a été déclaré coupable des meurtres au premier degré de son ex-conjointe Véronique Barbe et de l’automobiliste Yvon Lacasse, le 14 septembre 2017. Le jury a délibéré pendant un peu plus de deux jours avant de rendre son verdict.

Le jury, composé de neuf hommes et de trois femmes, a donc été convaincu hors de tout doute raisonnable par la preuve de la poursuite, après avoir entendu les 31 témoins du procès. Les 12 jurés ont complètement rejeté le témoignage de l’accusé.

Ugo Fredette est resté calme, les yeux rivés au sol, après le verdict, tandis que des soupirs de soulagement suivis de pleurs ont été entendus dans la salle d'audience.

C'est comme une libération [...] On va pouvoir prendre un nouveau départ, mais sans oublier.

Claudette, la mère de Véronique Barbe

De son côté, la fille d'Yvon Lacasse a évoqué l'immense respect qu'elle avait pour les membres du jury, avant d'ajouter : Ça ne ramènera jamais personne, mais justice a été rendue.

Cumulative ou concomitante?

Selon Steve Baribeau, procureur aux poursuites criminelles, la preuve était très forte, alors que la version de M. Fredette était totalement farfelue et invraisemblable.

Reste désormais à déterminer les détails de la peine. Le jury n'a fait aucune recommandation à ce sujet samedi. En étant reconnu coupable de deux meurtres au premier degré, Ugo Fredette écope automatiquement de l’emprisonnement à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans.

La poursuite a confirmé qu'elle demanderait à ce qu'Ugo Fredette passe 50 ans derrière les barreaux avant d'être admissible à une libération conditionnelle, soit 25 ans pour chacun de ses meurtres.

Ugo Fredette était obsédé par Véronique Barbe et incapable d’accepter qu’elle veuille vivre sans lui, selon la preuve. Le ministère public affirmait qu’il l’avait harcelée et terrorisée pendant des jours avant de la poignarder à de multiples reprises en la séquestrant dans leur résidence de Saint-Eustache.

Après avoir verrouillé les portes et tiré les rideaux, il s’est sauvé avec un enfant de 6 ans qui avait assisté au meurtre. Au volant de la camionnette de son employeur, il s’est rendu à une halte routière de Lachute, en a fait le tour deux fois, en tentant de repérer un véhicule à voler, plaidait la poursuite.

Il s’est finalement arrêté près du véhicule Honda CRV d’Yvon Lacasse, un retraité de 71 ans qui avait l’habitude de lire à la halte routière.

Ugo Fredette a piégé le septuagénaire en enlevant les bouchons des pneus de sa camionnette, selon la poursuite. Il l’a roué de coups, a mis le corps dans le CRV et est parti au volant du véhicule. Il a déposé le corps d’Yvon Lacasse dans un boisé de Harrington et a poursuivi sa fuite jusqu’en Ontario, où il a été arrêté le lendemain, l’enfant sain et sauf à ses côtés.

Le témoignage d’Ugo Fredette n’a donc pas soulevé de doute dans l’esprit du jury. L’accusé avait entre autres présenté une défense de provocation. Il affirmait que Véronique Barbe l’avait attaqué avec un couteau et qu’il avait perdu la maîtrise de lui-même. Il disait ne pas se souvenir de l’avoir poignardée 17 fois.

En panique, hanté par l’image de son amoureuse ensanglantée, il affirmait s’être rendu à la halte routière et s’être battu avec Yvon Lacasse pour protéger l’enfant. Ugo Fredette soutenait avoir cru à tort que l’automobiliste voulait kidnapper le garçon.

Procès et poursuites

Justice et faits divers