•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Parti des forces libanaises quitte le gouvernement

Une foule compacte brandissant des drapeaux du Liban dans une rue.

Troisième journée de manifestations au Liban : des milliers de personnes se sont rassemblées près de la mosquée Al-Amin à Beyrouth le 19 octobre 2019.

Photo : Reuters / Mohamed Azakir

Agence France-Presse

Le chef du Parti des forces libanaises (chrétien), Samir Geagea, a annoncé samedi le départ de son mouvement du gouvernement, sur fond d'intense crise économique et sociale que traverse son pays.

Nous sommes maintenant convaincus que le gouvernement est incapable de prendre les mesures nécessaires pour sauver la situation. En conséquence [notre] bloc a décidé de demander à ses ministres de démissionner, a-t-il déclaré.

L'annonce de M. Geagea a été accueillie dans la liesse par des manifestants à Beyrouth, qui ont appelé d'autres partis à démissionner du gouvernement.

À Tripoli, deuxième ville du pays, certains ont lancé des feux d'artifice.

C'est peut-être mieux je pense que l'ensemble du gouvernement démissionne, a lancé Ali, un manifestant sur la place al-Nour à Tripoli.

Les gens se sont réveillés, a ajouté le jeune homme de 24 ans, appelant à des élections parlementaires anticipées.

Nouvelle journée de manifestations contre le pouvoir

Des dizaines de milliers de Libanais s'étaient rassemblés samedi à travers le pays pour une troisième journée de manifestations inédites contre l'incapacité d'une classe politique, accusée de corruption, à résoudre une crise économique endémique, un mouvement inédit depuis des années qui a paralysé le pays.

Une manifestantes se tient sur les épaules d'un homme, brandissant des drapeaux libanais à Sidon, le 19 octobre 2019.

Des manifestants Libanais protestent contre les augmentations de taxes et la corruption de la classe politique.

Photo : afp via getty images / MAHMOUD ZAYYAT

Les rangs des manifestants n'ont eu de cesse de grossir à partir de l'après-midi aussi bien dans le centre de Beyrouth qu'à Tripoli, deuxième ville du pays, mais aussi à Tyr (sud), dans le Akkar (nord) et à Baalbeck (est).

Le pays subit une crise économique sans précédent, alors que la dette du pays culmine à plus de 86 milliards de dollars, soit 150 % du PIB.

En dépit d'une intervention des forces de l'ordre pour disperser dans la nuit la foule devant le siège du gouvernement à Beyrouth et des dizaines d'arrestations, les manifestants se sont mobilisés à nouveau dans plusieurs villes du pays, selon des correspondants de l'AFP sur place.

Samedi matin, l'armée a rouvert des autoroutes bloquées par des barricades dressées par des manifestants, qui n'ont pas tardé à en installer d'autres.

Des volontaires nettoyaient le centre-ville de Beyrouth transformé en un champ de bataille, de la fumée se dégageant encore de pneus et bennes à ordures incendiés la nuit.

Un homme tient un drapeau libanais au milieu d'une rue où des pneus ont été incendiés.

Un manifestant libanais tient un drapeau au milieu de pneus, au troisième jour des manifestations.

Photo : afp via getty images / JOSEPH EID

Des débris de verre des vitrines de magasins et de banques vandalisés jonchaient le sol, tandis que des morceaux de tôles ont été mis devant les devantures de banques pour les protéger.

Dans un communiqué, l'armée a appelé les manifestants à s'exprimer de manière pacifique sans porter atteinte aux biens publics et privés.

Les services de sécurité ont, eux, fait état de l'arrestation de 70 personnes pour actes de sabotage, incendies et cambriolage dans le centre-ville.

Mais en début d'après-midi, tous les détenus d'une des principales casernes de la police dans la capitale ont été relâchés, selon l'Agence nationale d'information (ANI).

Colère

Plus tôt, le père d'un détenu avait tenté de s'immoler par le feu devant le bâtiment des forces de l'ordre.

Lors des manifestations déclenchées jeudi par l'annonce d'une nouvelle taxe, depuis annulée, les manifestants conspuent l'ensemble des dirigeants dans leurs fiefs, les qualifiant de voleurs et déchirant leurs portraits.

Le mouvement de contestation a gagné certains fiefs du puissant mouvement chiite du Hezbollah et de son allié Amal.

Dans une allocution télévisée samedi, le chef du parti, Hassan Nasrallah, s'est dit opposé à une démission du gouvernement, appelant les manifestants à la retenue.

À Tyr (sud), où le puissant chef du Parlement et chef du parti Amal, Nabih Berri, a été accusé d'escroquerie la veille par les manifestants, des dizaines de ses partisans s'en sont pris samedi aux protestataires, selon un témoin.

Dans un communiqué, Amal a fustigé ces agressions, affirmant vouloir ouvrir une enquête.

À Tripoli (nord), une manifestante, Hoda Sayyour, assure ne pas vouloir déserter la rue.

Ils nous exploitent et ne font rien pour améliorer les services, déplore la quinquagénaire.

Pauvreté

Plus du quart de la population libanaise vit sous le seuil de pauvreté, selon la Banque mondiale.

La classe politique, quasi inchangée depuis la guerre civile (1975-1990), est accusée de corruption et de népotisme dans un pays aux infrastructures en déliquescence.

Vendredi, écoles, universités, banques et institutions publiques avaient fermé. Les banques sont restées fermées samedi.

Vendredi, le premier ministre libanais Saad Hariri a défendu les réformes qu'il veut faire adopter, en accusant des membres de sa coalition gouvernementale d'entraver ses efforts.

Le premier ministre libanais Saad Hariri se tient derrière un lutrin.

Le premier ministre libanais Saad Hariri

Photo : afp via getty images / MARWAN TAHTAH

Il leur a donné jusqu'à lundi pour se prononcer clairement en faveur des réformes, insinuant qu'il pourrait démissionner.

Avant lui, le chef de la diplomatie Gebran Bassil, gendre du président Michel Aoun, a dit être opposé à une démission du gouvernement, qui pourrait aggraver la situation.

Samedi, Hassan Nasrallah a accusé, sans les nommer, des responsables de tenter de jeter la responsabilité sur les autres, semblant rétorquer à M. Hariri.

Il a appelé à répondre au message retentissant des manifestants, en saluant un mouvement populaire [...] qui dépasse les appartenances confessionnelles, régionales ou politiques.

Son discours vise à calmer la grogne au sein de sa propre communauté, dont le ras-le-bol socioéconomique a éclaté au grand jour.

Karim el Mufti, politologue

Le discours de M. Nasrallah a suscité l'ire de certains manifestants.

Le Liban est plus important que la Syrie!, a lancé l'un d'eux sur une chaîne locale, en allusion aux combats du Hezbollah au côté du régime de Bachar al-Assad dans la guerre en Syrie.

Jeudi, des milliers de manifestants de tous bords ont envahi de manière spontanée les rues après l'annonce de la décision du gouvernement de taxer les appels effectués via les applications de messagerie Internet comme WhatsApp. Une décision aussitôt annulée.

Le Liban s'est engagé en 2018 à engager des réformes en contrepartie de promesses de prêts et de dons d'un montant total de 11,6 milliards de dollars. Sa dette publique culmine à plus de 86 milliards de dollars, soit plus de 150 % du PIB, troisième taux le plus élevé au monde.

Politique internationale

International