•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de chasseurs à l’orignal au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie

Un orignal

C'est le début de la «grosse chasse»

Photo : Radio-Canada

Dereck Doherty

Des milliers de chasseurs arrivent au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie alors que la saison de la chasse à l’orignal avec arme à feu a commencé samedi matin et se poursuivra jusqu’au 27 octobre.

Gaspésie

Dans la péninsule gaspésienne, la chasse à l'orignal attire plus de 20 000 chasseurs chaque année. L'an dernier, 5164 orignaux ont été abattus dans la zone 1 qui couvre la Gaspésie, ainsi que la Matanie et une partie de la Vallée de la Matapédia.

Le président de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs pour la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Alain Poitras, prévoit une bonne saison de chasse, entre autres en raison du temps frais.

Une femme habillée en tenue de camouflage tire un coup de sa carabine.

Une femme chasse l'orignal.

Photo : Getty Images

Bas-Saint-Laurent

Le directeur général de la ZEC du Bas-Saint-Laurent, Peter Camden, affirme que la saison actuelle se déroule très bien dans sa zone d’exploitation contrôlée.

C’est notre record de récolte, d’ailleurs, cette année. On a 203 bêtes qui ont été récoltées lors de la saison à l’arc et l’arbalète, précise-t-il. On s'attend à environ 1400 et 1500 chasseurs d'inscrits sur le territoire, souligne-t-il.

Selon ses prévisions, plus de 300 bêtes devraient être récoltées pendant la saison de chasse à l’arme à feu, ce qui pourrait porter le nombre total de bêtes abattues sur le territoire de la ZEC du Bas-Saint-Laurent à plus de 600.

La saison étant permissive dans la zone 2 cette année, les chasseurs auront la possibilité de récolter tant le mâle que la femelle et le veau, explique le gestionnaire de la ZEC. Cela diffère d’une année restrictive comme l’an dernier, où moins de 300 bêtes ont été abattues sur ce territoire.

Au total, en 2014, 2885 orignaux ont été abattus dans la zone 2, alors qu’en 2018, il y en a eu 2913, soit une augmentation d’à peine 1 %.

La zone 2 dans le Bas-Saint-Laurent

La zone 2 dans le Bas-Saint-Laurent

Photo : Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec

Tiques

Par ailleurs, les tiques qui font sentir leur présence depuis plusieurs années au sein du cheptel pourraient être moins présentes cette année.

Les dernières années, [les orignaux] étaient pratiquement tous porteurs de tiques, signale Peter Camden. Cette année, on pense qu’il va y avoir une baisse, parce qu’on a un printemps qui s’est étiré. Il y a eu de la neige au sol très tard en mai, explique-t-il.

Il indique toutefois qu'il faudra attendre la fin de la chasse et les analyses des biologistes du ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs pour avoir l'heure juste.

Conseils et mises en garde

Les agents québécois de la protection de la faune assurent qu'ils seront présents sur le territoire pour faire respecter la réglementation en vigueur et pour assurer la sécurité des chasseurs.

L'agent Alexandre Andichou rappelle quelques conseils et mesures de sécurité à respecter pour que tous connaissent une bonne saison de chasse :

  • Portez un dossard. « Que vous soyez chasseur ou accompagnateur, vous devez l’avoir en tout temps lorsque vous pratiquez une activité de chasse. »

  • Identifiez votre gibier. « Quand vous allez faire feu sur un animal, il faut prendre le temps de savoir sur quoi on tire. »

  • Portez votre permis de chasse.

  • Déchargez vos armes pendant le transport.

  • Avisez vos proches de l’endroit où vous prévoyez chasser.

C’est sûr qu’on va être sur le terrain pendant la période de chasse. C’est là qu’on voit le plus nos chasseurs, avertit l'agent de la faune.

Avec les informations de Geneviève Génier Carrier

Bas-Saint-Laurent

Chasse et pêche