•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre de l'Éducation veut une nouvelle politique de discipline sur l'intimidation

Un enfant assis par terre la tête entre les genoux et le dos à des casiers dans le corridor d'une école.

L'intimidation et la violence en milieu scolaire étaient à l'ordre du jour au sommet sur l'éducation.

Photo : Getty Images / andresr

Radio-Canada

Dominic Cardy veut contrer l’intimidation dans les salles de classe du Nouveau-Brunswick et pour y arriver, il demande l’avis des enseignants de la province.

Le ministre de l’Éducation est clair : l’intimidation et la violence en milieu scolaire ne seront dorénavant plus tolérées. Pour s’assurer d’y arriver, il veut mettre sur pied une nouvelle politique de discipline dans les écoles. 

Cette décision de s’attaquer si fortement à ce problème est mise de l’avant au troisième jour du Sommet sur l’Éducation, qui prenait fin vendredi à Fredericton.

Dominic Cardy et en arrière-plan Blaine Higgs.

Le ministre de l'Éducation Dominic Cardy avec en arrière-plan le premier ministre du Nouveau-Brunswick Blaine Higgs lors de la première journée du Sommet sur l'Éducation

Photo : Radio-Canada

« Nous n’allons pas tolérer de la violence dans nos classes au Nouveau-Brunswick et ceci inclut l’intimidation », partage Dominic Cardy. « Nous allons construire la culture de respect que nous voulons pour nos jeunes lorsqu’ils seront rendus adultes ».

Durant le rassemblement, le ministre Cardy a partagé des résultats d’enquêtes menées chez les jeunes, sur leur perception de divers aspects de leur milieu scolaire, dont notamment l’intimidation.

Dans ces questionnaires, on a demandé aux élèves s’ils avaient déjà été victimes d’intimidation physique, sociale, verbale ou en ligne.

Alors que beaucoup ont indiqué avoir subi de l’intimidation à l’école, la plupart indiquent tout de même se sentir en sécurité au sein de l’institution.

Rob Benn-Frenette de l’organisme BullyingCanada raconte que dans certains cas au pays, ces sondages démontrent que plus de 52% des répondants souffrent d’intimidation en milieu scolaire.

Dans un pièce noire, un enfant autiste de dos la tête baissée.

En milieu scolaire, les difficultés relationnelles des enfants viennent parfois avec de l’intimidation, un autre facteur qui peut aggraver leur sentiment de détresse.

Photo : iStock / jhandersen

Cette association répond à plus de 76 000 appels à l’aide chaque année au pays.

Bien qu’il n’ait pas été en mesure de répondre à une demande d’entrevue, M. Benn-Frenette indique dans un communiqué écrit que ses collègues et lui voient de plus en plus d’élèves en situation de crise au Canada.

Pour Dominic Cardy, la solution est dans la discipline des jeunes lorsqu’ils sont à l’école. Il dit prendre cette question très au sérieux.

« Nous allons nous assurer que les enseignants ont le pouvoir de disposer d’une discipline appropriée dans leurs classes », rapporte le ministre de l’Éducation.

Dominic Cardy veut impliquer les enseignants dans cette lutte contre la violence scolaire, puisqu’ils sont les premiers témoins de cette réalité. Il espère qu’ensemble, ils pourront trouver de nouvelles politiques de discipline pour décourager les intimidateurs à agir. 

Nouveau-Brunswick

Éducation