•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les citoyens de la rue Raimbault peu rassurés par Bitfarms

Les ventilateurs de Bitfarms cachés en partie par des conteneurs.

D'immenses ventilateurs sont utilisés par Bitfarms pour refroidir les nombreux serveurs utilisés pour effectuer le calcul de données.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’entreprise de cryptomonnaie Bitfarms a exposé vendredi ses solutions pour réduire le bruit à la Ville de Sherbrooke. L'entrée de l'usine qui donne sur la rivière Magog serait notamment déplacée pour permettre de créer un écran fermé avec un talus devant le plan d'eau.

Actuellement, il y a un espace entre les conteneurs pour laisser passer les camions et par le fait même le bruit, dont de nombreux citoyens de la rue Raimbault se plaignent depuis plusieurs semaines.

Si ce projet-là se fait approuver par la Ville, on pourrait commencer les travaux dès le mois de novembre, explique le directeur des communications chez Bitfarms, Marc Duchesne. On sait que les échéances sont courtes et que les citoyens sont mécontents. On travaille avec la Ville pour trouver une solution acceptable

Ce qu'on trouve intéressant, c'est que l'entreprise est ouverte et qu'elle participe, ce qu'on ne voit pas toujours dans notre domaine. J'ai confiance dans les solutions qu'on nous a avancées, mais je veux voir l'étude de son. On attend les résultats, mentionne de son côté le chef de division Service de planification du territoire à la Ville, Yvon Gatien.

Des citoyens à qui nous avons parlé sont loin d'être rassurés.

Je trouve qu'ils devraient arrêter l'usine tant que que ce n'est pas réglé, estime Annette Larouche. Nous, si ça leur prend six mois, ça veut dire qu'on sera six mois sans dormir.

Une rencontre avec Bitfarms est prévue au début du mois de novembre.

Estrie

Économie