•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ex-policier lanceur d'alerte veut témoigner lors de l'enquête sur le blanchiment d'argent en C.-B.

Des billets de devises canadiennes.

Le blanchiment d'argent est un grave problème en Colombie-Britannique.

Photo : Getty Images / joshlaverty

Radio-Canada

Un avocat avance que l’enquête sur le blanchiment d’argent en Colombie-Britannique n’existerait pas sans le « courage » de l’ex-officier de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) Fred Pinnock. Celui-ci avait mentionné des « interférences » dans son mandat lorsqu’il enquêtait sur le crime organisé dans les casinos.

Le public ne percevra pas cette enquête comme jouée à armes égales si la commission n’entend pas le témoignage de Fred Pinnock, selon l’avocat Paul Jaffe.

C'est ce qu'il a déclaré au commissaire Austin Cullen lors d’une audience publique qui s’est déroulée vendredi. Celui-ci demande que Fred Pinnock soit entendu, de même que les hauts responsables de la BC Lottery Corp., James Lightbody et Brad Desmarais.

Paul Jaffe a avancé que l’ex-officier de la GRC, qu’il qualifie de lanceur d’alerte, était si perturbé par ce qu’il a observé lorsqu’il travaillait dans le corps de police qu’il a devancé sa retraite en 2008, après 29 ans de service. Il a alors commencé à parler publiquement de blanchiment d’argent.

James Lightbody est quant à lui le président et directeur général de la société des jeux de la province. Son avocat, Robin McFee, a avancé auprès du commissaire Austin Cullen que ces audiences pourraient avoir d’importants impacts sur sa vie privée, sa réputation et son travail.

Austin Cullen a réservé sa décision sur les demandes de Fred Pinnock et de James Lightbody tout en accordant un ajournement d’un mois à Brad Desmarais afin de permettre à son avocat d’obtenir et de réviser des documents supplémentaires.

Ross Alderson, un ancien enquêteur chargé de surveiller l’industrie des jeux de hasard de la province, a retiré son application.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a demandé cette enquête en mai dernier après trois révisions indépendantes, dont deux effectuées par Peter German, qui concluaient que les groupes criminels dépensaient des milliards de dollars dans l’immobilier et les voitures de luxe.

L’enquête publique se déroulera dès mercredi à Vancouver. Un rapport final est attendu en mai 2021.

Colombie-Britannique et Yukon

Crimes et délits