•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réouverture du trottoir devant la maison historique Magee, dans l’ouest d’Ottawa

Un dame est un enfant à vélo sur le trottoir devant une vieille maison et des cônes de construction.

Le trottoir devant la maison Magee était fermé depuis juillet 2018.

Photo : CBC/Matthew Kupfer

Radio-Canada

Le trottoir devant une maison du 19e siècle dans le quartier d’Hintonburg, à Ottawa, est finalement de nouveau accessible. Le vieil édifice s’est partiellement effondré il y a 15 mois, forçant la fermeture d’une partie de la voie piétonne.

Le conseiller du quartier Kitchissippi, Jeff Leiper, a annoncé dans un tweet assorti d’une photo de la rue Wellington Ouest, vendredi, que les piétons pourront à nouveau circuler sur le trottoir.

Je suis évidemment content. Les résidents ont dû composer avec cette situation pendant beaucoup trop longtemps, a-t-il confié à CBC. Ce n’était pas sécuritaire. Nous n’aurions pas pu passer un autre hiver avec les choses dans cet état.

La situation est aussi revenue à la normale pour les automobilistes qui pourront rouler sur la rue et s’y stationner comme avant.

Jeff Leiper pose pour la caméra devant une maison partiellement effondrée. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le conseiller du quartier Kitchissipi, Jeff Leiper.

Photo : CBC/Matthew Kupfer

La maison Magee, âgée d’environ 140 ans, s’est partiellement effondrée en juillet 2018. Depuis, le trottoir devant celle-ci et l’une des voies de la rue Wellington Ouest étaient fermés.

Le conseiller Leiper devait donner le temps au propriétaire des lieux d’intervenir convenablement avant de s’en mêler. Ce dernier aurait pu, entre autres, consolider les joints de la fondation et ainsi former une structure de béton pour soutenir le bâtiment.

Plus tôt cet été, la Ville a donné au propriétaire jusqu’au 2 août pour stabiliser l’édifice, ce après quoi le trottoir aurait pu rouvrir dans un délai de trois semaines.

Un coup dur pour les commerçants

M. Leiper a indiqué que l’Ontario devrait changer la définition de ce qu’est un danger pour la sécurité publique pour que la Ville d’Ottawa ait les pouvoirs d’éviter des délais semblables à l’avenir.

Sur papier, ce n’était pas une situation dangereuse, a expliqué le conseiller. Ça veut dire que nous devons changer certaines définitions afin de pouvoir dire si c’est effectivement sécuritaire ou non, et nous assurer que la Ville puisse justifier une intervention plus rapide que ce qu’on a vu dans ce cas-ci.

La fermeture du trottoir était si longue aux yeux des résidents qu’ils ont manifesté en juillet pour qu’on rouvre le trottoir.

Dennis Van Staalduinen, le directeur général de la zone d’amélioration commerciale Wellington Ouest, a affirmé que les commerçants du coin ont été touchés par la fermeture du trottoir.

Il y a des entreprises ici qui, je sais, ont connu la pire année de leur histoire.

Dennis Van Staalduinen, directeur général de la zone d’amélioration commerciale Wellington Ouest

Trois entreprises ont dû changer, déménager ou réduire leurs opérations durant la dernière année et demie, sans dire pour autant que d’autres commerces n’ont pas souffert aussi, a-t-il fait valoir.

Dennis Van Staalduinen pose pour la caméra dans la rue. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dennis Van Staalduinen est directeur général de la zone d'amélioration commerciale Wellington Ouest.

Photo : CBC/Matthew Kupfer

Pas d’urgence pour rouvrir le trottoir, selon le propriétaire de la maison

Le propriétaire de la maison Magee, Ovidio Sbrissa, a affirmé qu’il ne voulait pas altérer la maison durant la dernière année pour ne pas nuire à l’enquête sur les causes de l’effondrement.

J’ai encore beaucoup de travail à faire. Je n’étais pas pressé de me dépêcher pour que le trottoir rouvre, a-t-il avoué.

M. Sbrissa a expliqué ne pas comprendre l’empressement de rouvrir le trottoir, ajoutant que personne n’a été blessé durant sa fermeture. Il a par ailleurs rejeté le rapport d’ingénieurs de la Ville qui comparait la stabilité de la maison Magee à celle d’un château de cartes.

Pour M. Sbrissa, ce sont les vibrations d’un chantier à proximité qui ont eu raison d’une partie de l’édifice. Ce dernier a également indiqué qu’aucun travail de reconstruction n’aura lieu avant le printemps.

M. Leiper a noté que M. Sbrissa recevra sous peu la facture pour les travaux effectués par la Ville pour rouvrir le trottoir.

Avec les informations de Matthew Kupfer de CBC

Ottawa-Gatineau

Affaires municipales