•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De Bertrand à Rimouski : le parcours étonnant de la hockeyeuse Audrey Godin

Son rêve est de porter le gilet des Aigles Bleues de l'Université de Moncton. Mais, il y a plusieurs étapes à franchir pour y arriver. Audrey Godin n'a donc pas hésité à aller jouer à Rimouski, au CÉGEP, loin de chez elle.

Audrey Godin en entrevue.

Audrey Godin s'est lancée dans une grande aventure, à Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Ian Bonnell

François Le Blanc

Il y a cinq ans, Audrey Godin ne jouait même pas au hockey. Mais à force de manier la rondelle sur les planchers à la maison, de pratiquer son lancer pendant des heures et de s'entraîner avec sa polyvalente, l'Acadienne de Bertrand, dans la Péninsule acadienne, s'est taillé une place avec les Pionnières du CÉGEP de Rimouski. Contre toute attente.

Joueuses de hockey sur la patinoire.

Audrey Godin, au centre, était heureuse de jouer une partie hors-concours sur la même patinoire que les Aigles Bleues.

Photo : Radio-Canada / Denis Mazerolle

L'attaquante âgée de 18 ans n'hésite pas à aller dans les coins de patinoire, même si ses adversaires sont plus costaudes. C'est une situation différente du hockey scolaire, alors qu'elle défendait les couleurs des Acadiennes de la Polyvalente Louis-Mailloux, de Caraquet.

C'est sûr que la vitesse est vraiment un autre niveau. Aussi, c'est beaucoup plus physique, explique la jeune femme. Les filles sont vraiment compétitives.

Mais, les défis, Audrey Godin connaît. Elle a seulement commencé à jouer au hockey à 13 ans.

Audrey Gdoin sourit en uniforme de hockey et porte un trophée.

Audrey Godin a porté les couleurs des Acadiennes de Louis-Mailloux pendant quatre ans.

Photo : Famille Audrey Godin

Sa mère, Nathalie Haché-Godin, se souvient de ses débuts, qui n'étaient pas si faciles. Audrey voulait jouer au hockey avec la polyvalente, mais elle devait commencer quelque part pour se donner une chance.

Elle a joué dans une équipe de Caraquet, avec seulement des gars, raconte Mme Haché-Godin.

Ç'a pris tout son petit change pour aller à la première partie. Elle avait mal au cœur. Mais, elle a eu un excellent entraîneur, Stéphane Cormier, qui lui a donné beaucoup d'assurance.

Nathalie Haché-Godin, mère d'Audrey

Avec cette assurance, Audrey fonce et perce l'alignement des Acadiennes de la Polyvalente Louis-Mailloux. Pendant quatre ans, elle trime dur pour faire sa place... avec médailles et trophées, elle devient aussi capitaine de l'équipe. Des succès qui l'amènent à Rimouski, pour jouer avec les Pionnières, au niveau collégial québécois, dans le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ).

Dans le fond, j'ai vraiment choisi d'aller à Rimouski pour poursuivre ma carrière de hockey, explique Audrey. C'est une belle option pour moi. Et puis tout le monde me disait que c'était une belle ville aussi!

Mais, rien n'était acquis. La jeune femme devait d'abord participer à un premier camp de sélection et convaincre l'entraîneur, Hugues Lebel.

Homme derrière le banc des joueuses.

Hughes Lebel dirige les Pionnières du CÉGEP de Rimouski depuis quatre ans.

Photo : Radio-Canada / Denis Mazerolle

Elle s'est révélée être une belle surprise, raconte M. Lebel.Après le camp, on lui avait offert d'être réserviste, qu'elle a accepté ce rôle ! Puis, elle s'est entraînée durant l'été. Et a beaucoup progressé. Quand elle est arrivée, elle a surpassé des joueuses établies.

À ses cinq premières parties, Audrey a récolté un but et évolue sur le troisième trio.

Selon, Hugues Lebel, passer par le niveau collégial avant d'aller jouer dans une université peut être payant. Car la marche est haute entre le scolaire et l'universitaire. D'ailleurs, le CÉGEP de Rimouski a commencé à tisser des liens avec l'Université de Moncton.

Le travail qu'on fait, un petit peu avec Moncton, c'est de voir des filles midgets qui ne sont pas tout à fait prêtes pour jouer ici et qui veulent transiter vers un milieu francophone. Elles peuvent venir jouer chez nous un an ou deux. J'espère que cette joueuse va donner à d'autres jeunes de venir vivre l'expérience chez nous, c'est sûr.

Hugues Lebel, entraîneur-chef, Pionnières du CÉGEP de Rimouski
Un homme parle à des joueuses devant l'aréna

Les joueuses du CÉGEP de Rimouski ont visité le campus de l'Université de Moncton avant un match contre les Aigles Bleues.

Photo : Radio-Canada / Ian Bonnell

Si le parcours d'Audrey l'amène à Moncton, ce sera mission accomplie. Il y a trois semaines, l'adolescente et ses coéquipières ont visité le campus de l'Université de Moncton avant de disputer un match hors-concours contre les Aigles Bleues. Un moment spécial pour l'Acadienne de Bertrand. D'ici trois ans, peut-être qu'elle sera sur la patinoire avec un gilet bleu et or.

Nouveau-Brunswick

Hockey féminin