•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quartier Well Sud : tirs groupés des élus contre Évelyne Beaudin à Sherbrooke

Le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, entouré des conseillers municipaux, dont Vincent Boutin et Nicole Bergeron.

Les conseillers de Sherbrooke et le maire Steve Lussier ont interrompu leur lac-à-l'épaule vendredi pour qualifier de « désinformation » une vidéo diffusée par Évelyne Beaudin qui remet en doute le nombre de places de stationnement requis au centre-ville.

Photo : Radio-Canada

Charles Beaudoin

Une vidéo de la conseillère Évelyne Beaudin dans laquelle elle remet en doute le nombre de places de stationnement requis dans le projet du Quartier Well Sud, à Sherbrooke, a fait vivement réagir ses collègues vendredi. Les 13 élus et le maire Steve Lussier ont interrompu leur lac-à-l'épaule concernant la planification budgétaire pour l'accuser de faire de la « désinformation » tout en refusant de répondre aux questions des journalistes.

En s'appuyant sur l'utilisation actuelle du stationnement du Dépôt, qui s'élèverait en moyenne à 40 % selon une étude de la Ville, Évelyne Beaudin soutient dans sa vidéo publiée jeudi qu'environ 500 emplacements de stationnement seraient suffisants pour le développement du centre-ville plutôt que les 715 prévus, ce qui pourrait faire économiser plus de sept millions de dollars à Sherbrooke.

On a beau passer par tous les chemins inimaginables, je serais prête à prendre le pari aujourd'hui que ce stationnement-là ne sera pas utilisé au maximum de sa capacité et qu'il risque d'être à moitié vide, maintenait Évelyne Beaudin après l'attaque en règle de ses collègues, qu'elle regroupe sous « le parti des indépendants ».

La Politique de gestion des stationnements, ce n'est pas une étude, c'est une politique de gestion. Je me demande si je suis la seule à l'avoir lue, parce qu'à travers toutes les pages, on ne parle à aucun endroit de l'utilisation réelle du stationnement du centre-ville, ajoute-t-elle.

Les autres conseillers mentionnent cependant que la démarche d'Évelyne Beaudin est simpliste et qu'elle s'appuie sur des données erronées.

Nous voulons parler d’une seule voix forte pour appuyer sans aucune réserve tout le travail fait par l’administration dans le cadre du projet Well Sud. Contrairement à ce qui a pu être dit par Mme Beaudin, ce n’est pas vrai que c’est de l’improvisation. C’est basé sur des études et le travail de nos équipes, a affirmé la présidente du comité exécutif, Nicole Bergeron. Politiquement, on parlera au moment de prendre notre décision lundi soir au terme de l’assemblée spéciale qui portera uniquement sur ce projet-là.

Il ne faut pas tomber dans la désinformation et la démagogie. Les gens qui sont contre ont le droit de l'être et l'exprimeront dans l’enceinte lors du vote.

Nicole Bergeron, conseillère du district de Brompton et présidente du comité exécutif

Le président du comité consultatif d'urbanisme, Vincent Boutin, ajoute que la méthodologie employée par Évelyne Beaudin ne tient pas compte des besoins projetés par l'engouement qui sera créé au centre-ville avec le quartier Well Sud.

À l'urbanisme, on ne travaille pas sur les besoins actuels, mais sur un ratio selon les usages. Si on se fie aux besoins actuels, ça ne tient pas compte des locaux qui sont vides et des terrains qui sont vacants, tandis que lorsqu'on se fie aux usages, ça permet de voir le potentiel de cases de stationnement nécessaires pour des habitations et des commerces, a souligné Vincent Boutin, tout en rappelant que 18 % des terrains sont vacants dans le secteur Wellington Sud et qu'un local sur quatre l'est également.

Ce dernier estime également réducteur de la part d'Évelyne Beaudin de parler d'un projet au coût de 26 millions de dollars pour 715 cases de stationnement et d'établir le prix des emplacements à 36 000 $ chacun.

Évelyne Beaudin.

Les conseillers de Sherbrooke ont effectué leur fronde publique contre Évelyne Beaudin pendant que celle-ci se trouvait juste à leurs côtés.

Photo : Radio-Canada

Dans ce montant-là, il faut comprendre qu'il y a la démolition des bâtiments, la démolition du stationnement, la préparation des terrains, la construction de la dalle qui va accueillir la place publique, les ascenseurs, l'escalier... on ne peut pas simplement faire une règle de trois, a soutenu le conseiller du district Quatre-Saisons en lançant que la vidéo était jolie, mais qu'elle manquait de rigueur.

Le conseil municipal statuera s'il accepte ou non l'entente du promoteur du projet du quartier Well Sud lundi après-midi, lors d'une assemblée spéciale.

Estrie

Politique municipale