•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La paroisse du Sacré-Cœur célèbre son 100e anniversaire

Un homme pose dans l'église.

Daniel Roy s'implique à la paroisse Sacré-Cœur depuis qu'il a été enfant de chœur à l'âge de 7 ans.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Colin Côté-Paulette

Une messe et une soirée spéciales auront lieu samedi soir pour célébrer le 100e anniversaire de la paroisse Sacré-Cœur de Welland, dans le Sud de l'Ontario. Bref retour sur l’histoire d’un lieu phare de la communauté francophone de la région.

La paroisse Sacré-Cœur est fondée par le curé Rosario Tanguay durant l'entre-deux-guerres, alors que de nombreuses familles francophones s'installaient à Welland pour travailler dans les usines de coton.

Dans un contexte où le règlement 17, qui interdisait l’enseignement en français, était toujours en vigueur en Ontario, la paroisse devint rapidement le lieu de rassemblement par excellence des francophones.

Quand les gens arrivent du Québec, ce qu’ils retrouvent qui ressemble plus à leur milieu de vie antérieure, c’est la paroisse, parce qu’elle offre tout un encadrement, explique l’historienne Danielle Coulombe.

L’Église va jouer un rôle extrêmement important dans la défense des droits des francophones en Ontario à cette époque-là.

Danielle Coulombe

Les débuts de l’institution religieuse sont modestes. L’aventure débutera en octobre 1919 dans le sous-sol de l’église Saint-Andrew, mis à la disposition des francophones temporairement.

Un an plus tard, deux maisons de la rue Empire (à l’époque Queen) sont achetées par les paroissiens. L'une devient un presbytère et l’autre une église temporaire pouvant accueillir 35 personnes.

Veille photo en noir et blanc de deux maisons.

En 1920, les paroissiens avaient acheté deux maisons pour accueillir la paroisse Sacré-Cœur.

Photo : Archives Paroisse Sacré-Coeur

Au milieu des années 1930, la paroisse est de nouveau jugée trop petite. Une plus grande église en briques est alors construite et ouvre ses portes en 1934.

Après la grande dépression, la paroisse connaît un nouvel essor et la nécessité de plus grands locaux s'impose. La construction du bâtiment actuel de la paroisse Sacré-Cœur s'est terminée en 1960.

Vieille photo en noir et blanc d'une église.

La paroisse Sacré-Cœur construite en 1934.

Photo : Archives Paroisse Sacré-Coeur

Pour Thérèse Audet, qui débarquait du Québec à Welland en 1945, la nouvelle église est un peu trop grande comparativement à l’ancienne. Elle s’y sent tout de même comme chez elle.

La paroisse, c’est chez nous, c’est notre famille! s’exclame-t-elle, pour décrire ce que représente pour elle la paroisse.

Même son de cloches pour Camille Bernard, qui a été baptisé et s’est aussi marié à la paroisse Sacré-Cœur.

C’est comme un deuxième chez nous, résume simplement l’homme lorsqu’on lui demande de parler de ses meilleurs souvenirs de l’endroit.

Portrait d'une vieil homme en complet-cravate dans une église.

Camille Bernard a été baptisé et s'est marié à la paroisse Sacré-Cœur.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Mme Audet ajoute qu'à ses yeux, la paroisse a permis au français de rester vivant dans la région.

Une chance qu’on a eu ça, parce que ç’a été un lieu où on a gardé notre français, souligne-t-elle.

Portrait d'une vieille dame entre des bancs d'église.

Thérèse Audet fréquente la paroisse Sacré-Cœur depuis 1945.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

L'ancien directeur de la Maison de la culture de Welland, Marc-Yvain Giroux, croit pour sa part que la paroisse a également permis à d’autres organismes francophones de naître, comme la Caisse populaire et le Club des chevaliers de Colomb.

La paroisse contribua même à l’implantation d’une station de radio francophone dans le coin, en constituant en quelque sorte un lieu de promotion.

On faisait de la publicité à la fin des messes, le curé ne demandait pas mieux, raconte-t-il.

Un homme en veston pose dans une église.

Marc-Yvain Giroux a toujours été un militant pour la communauté francophone de Welland.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Bien que les messes attirent moins de monde depuis le début des années 2000, des activités ont toujours lieu à la paroisse, comme la traditionnelle vente de tourtières.

Une messe spéciale et un banquet auront lieu samedi en fin d’après-midi à la paroisse Sacré-Cœur.

Une table avec plein de photos, de documents et d'objets historiques.

Une partie de l'exposition qui sera présentée samedi soir à la paroisse pour l'anniversaire de la paroisse.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Toronto

Francophonie