•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des employés de la SAQ disent manquer de temps pour remplir les tablettes

Une succursale de la SAQ

Une succursale de la SAQ

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Fanny Samson

La SAQ a récemment changé l'horaire de son personnel afin de répondre aux besoins de l'achalandage. Toutefois, des employés disent manquer de temps pour remplir les tablettes et offrir un service à la clientèle adéquat.

Le Syndicat des employés de magasins et de bureaux de la SAQ (SEMB-SAQ) a lancé au début d'octobre une campagne afin d'inviter son employeur au dialogue et d’interpeller la clientèle.

Depuis quelques semaines, la direction a modifié l'horaire de ses employés pour concentrer leurs heures durant les périodes de pointes, un changement assez drastique, estime la présidente Katia Lelièvre.

Enlever toutes les heures en dehors des heures d'ouverture, déplacer la main-d'oeuvre vers la fin de semaine. Ç’a un impact sur notre capacité à faire le travail, déplore-t-elle.

La présidente du Syndicat des employés de magasin et de bureau de la SAQ, Katia Lelièvre.

La présidente du Syndicat des employés de magasin et de bureau de la SAQ, Katia Lelièvre

Photo : Radio-Canada

Des employés qui travaillent dans des succursales de Québec ont confié à Radio-Canada avoir de la difficulté à remplir les tablettes en période de pointe. Moins nombreux durant la semaine, ils doivent placer les produits lorsque les clients sont nombreux. Le service à la clientèle écope, déplore le syndicat.

Si on est obligé de remplir les tablettes quand le magasin est plein de clients, ça ne fonctionne pas. On est obligé d'aller en arrière chercher des caisses dans l'entrepôt.

Katia Lelièvre, présidente du Syndicat des employés de magasins et de bureaux de la SAQ

Par courriel, la porte-parole de la société d'État Stéphanie Morissette confirme qu'un changement d'horaire a été fait pour répondre aux besoins de l’achalandage de notre clientèle et aux besoins d’opération afin d’assurer la qualité du service client.

Les clients interpellés

Des tablettes vides de la SAQ.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des employés ont pris en photo des tablettes vides pour illustrer la problématique.

Photo : Employé de la SAQ

Les employés invitent les clients insatisfaits à contacter le Centre de relation clientèle de la SAQ en leur remettant une carte.

Si vous croyez que la succursale n'est pas à la hauteur de vos attentes, vous pouvez contacter le service à la clientèle.

Katia Lelièvre, présidente du Syndicat des employés de magasins et de bureau de la SAQ

Parce que la seule chose qui fait bouger la SAQ, c'est quand la clientèle n'est pas contente ou trouve que le service n'est pas à la hauteur, souligne Mme Lelièvre.

Concernant les tablettes vides, la porte-parole de la société d'État affirme qu'il peut arriver qu'un volume de ventes plus important que prévu engendre des tablettes moins garnies. C’est contextuel et ce n’est pas différent des autres commerces au détail, écrit Stéphanie Morissette.

Des tablettes vides.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des employés disent avoir du mal à remplir les tablettes en période d'achalandage.

Photo : Employé de la SAQ

Des démissions

Le syndicat confirme que certains employés ont remis leur démission à la suite de ces changements d'horaire, toutefois la présidente du SEMB-SAQ n'est pas en mesure de les quantifier, même si elle appréhende une année importante à ce chapitre.

L'année passée, on avait à peu près 700 démissions. J'ai hâte de voir cette année, à mon avis ça va être plus élevé que ça, affirme Katia Lelièvre.

La dernière année a d'ailleurs été éprouvante pour les employés de la SAQ. Après de nombreux mois de négociation, une entente de principe a été conclue avant la période des Fêtes et une nouvelle convention collective a été signée au printemps.

Le SEMB-SAQ affirme discuter de cette situation avec l'employeur. Toutefois, la présidente n'a pas l'impression de se faire entendre. Ce n'est pas parce qu’on parle qu’on est écouté, déplore-t-elle.

Québec

Relations de travail