•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’industrie forestière préoccupée par les impacts de la protection du caribou

Denis Lebel accorde une entrevue à la caméra.

Denis Lebel était de passage à Val-d'Or ce vendredi.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Thomas Deshaies

Le président-directeur général du Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ), Denis Lebel, était de passage à Val-d’Or vendredi dans le cadre de sa tournée provinciale. Il venait plaider l’importance de l’industrie forestière pour l’économie québécoise tout en faisant le point sur les défis actuels.

Questionné sur l’avenir de la harde de caribous de Val-d’Or, M. Lebel n’a pas souhaité prendre position sur ce cas précis.

Un caribou s'alimente de pousses au travers de la neige.

La harde de caribous de Val-d'Or compte actuellement une population d'une dizaine de caribous, selon Action Boréale.

Photo : iStock

Il rapporte cependant que les réflexions entourant la protection des caribous au Québec suscitent des préoccupations.

J’ai une inquiétude de ne pas avoir de prévisibilité, d’harmonisation, que nos prix aient augmentées. S’ajoute à cela le futur des secteurs de coupe qui peuvent être touchés par le caribou forestier, souligne-t-il. Là où il y a des caribous puis qu’on est capable de les préserver, j’imagine que le ministère puis le ministre prendront des décisions nécessaires.

Le président-directeur général du Conseil de l’industrie forestière, Denis Lebel, soutient cependant que l’ensemble de l’industrie veut préserver l’espèce qu’est le caribou.

On est très bien accueilli en mode partenariat et en mode solution avec nos autres partenaires.

Le président-directeur général du Conseil de l’industrie forestière, Denis Lebel

Il ajoute que tous les côtés de la science, qui font notre affaire ou pas, doivent être respectés.

Le ministre des Forêts a entamé il y a quelques mois son processus de consultation pour l’élaboration d’une stratégie de protection des caribous.

Valoriser les constructions en bois

M. Lebel a salué la stratégie forestière du ministre Pierre Dufour.

L’ensemble de son plan de match est bien accueilli, souligne M. Lebel. On pense qu’une forêt bien aménagée, bien cultivée, va permettre d’améliorer le sort environnemental et, à maturité, ça fera des arbres à récolter.

La forêt est le meilleur outil pour combattre les changements climatiques pour l’avenir du Québec.

Denis Lebel, PDG du CIFQ

Le PDG du CIFQ estime que des avancées ont récemment eu lieu pour faciliter les constructions en bois. On pense que les réglementations continuent à changer, ça s’améliore, nos techniques de construction sont meilleures aussi. Et il y a un bel avenir dans la construction en bois, dans le respect des autres matériaux, précise-t-il.

M. Lebel énumère d’autres défis actuels, dont l’enjeu de la prévisibilité.

Nos coûts de fibre ont augmenté de 25 à 35 % dépendamment des essences et des secteurs depuis le nouveau régime forestier. Le dossier américain qui est toujours important, où on paie 20 % de taxes aux douanes sur le bois d’œuvre. La main-d’œuvre demeure pour nous une autre préoccupation, explique-t-il.

Abitibi–Témiscamingue

Industrie forestière