•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un référendum pourrait déterminer le sort du projet d'Hydro-Québec dans le Maine

Des pylônes électriques dans un champ.

Le projet New England Clean Energy Connect permettrait à Hydro-Québec de fournir 9,45 térawattheures d'hydroélectricité par année pendant 20 ans au Massachusetts.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

La Presse canadienne

Hydro-Québec et son partenaire américain, qui souhaitent construire une ligne de transport d'hydroélectricité passant par le Maine, pourraient se retrouver au cœur d'un référendum lors de la prochaine élection présidentielle américaine, en novembre 2020.

Le bureau du secrétaire de l'État du Maine a donné son feu vert, vendredi, à un groupe d'opposants qui souhaite solliciter l'appui de la population, d'ici la fin du mois de décembre, en faisant circuler une pétition.

Si un nombre suffisant de signatures est recueilli – environ 63 000 –, on trouvera, sur les bulletins de vote au Maine, une question sur le certificat octroyé le printemps dernier au New England Clean Energy Connect (NECEC) par la commission des services publics du Maine, un organisme réglementaire.

Nombreuses autorisations

Il s'agit d'une des nombreuses autorisations nécessaires en sol américain pour que le projet d'Hydro-Québec et Central Maine Power (CMP), une filiale d'Avangrid, puisse aller de l'avant.

Nous avons déjà des centaines de volontaires qui sont prêts à faire en sorte que la pétition soit signée, a expliqué, au cours d'une entrevue téléphonique, Tom Saviello, un ex-sénateur d'État figurant parmi ceux qui ont piloté la démarche.

Il est possible de mettre de l'avant des initiatives aux États-Unis afin que les électeurs puissent se prononcer sur une question dans le cadre d'un référendum. Au Maine, l'ex-politicien et son groupe se sont tournés vers le bureau du secrétaire de l'État en août dernier.

Une majorité absolue

Une majorité de 50 % plus une voix est nécessaire pour l'emporter lors du référendum. Dans ce cas-ci, le certificat octroyé au NECEC pourrait être retiré, ce qui compliquerait grandement la tâche aux promoteurs.

Hydro-Québec mise sur le NECEC, dont la mise en service est prévue en 2022, pour acheminer 9,45 térawattheures d'hydroélectricité par année pendant 20 ans au Massachusetts dans le cadre d'un contrat dont les revenus sont estimés à environ 10 milliards de dollars américains.

M. Saviello, qui avait déjà manifesté publiquement son opposition au projet l'an dernier alors qu'il était encore en politique active, a dit souhaiter un référendum parce que les commissaires qui siègent à la commission des services publics du Maine ne sont pas élus, mais plutôt nommés. À son avis, cela fait en sorte que les craintes de la population n'ont pas été suffisamment considérées lors de l'évaluation du projet.

Nous savons que CMP se concentre sur les profits plutôt que sur l'aide au Maine, alors nous ne pouvons pas leur faire confiance pour réaliser ce projet, a indiqué M. Saviello.

Des électeurs à convaincre

Selon les données du département d'État du Maine, l'État comptait quelque 1,05 million d'électeurs inscrits en date du mois de mai.

Dans un courriel, le vice-président au développement des affaires à Avangrid, Thorn Dickinson, a affirmé que son entreprise était prête à démontrer les bénéfices environnementaux de son projet, remettant également en question les sources de financement de certains opposants.

Le NECEC est un pas en avant dans la lutte contre le changement climatique, a-t-il écrit. Cependant, des opposants financés par des intérêts énergétiques douteux ont déjà dépensé plus d'un million de dollars pour lutter contre ce projet au moyen de tactiques trompeuses.

Pour sa part, une porte-parole d'Hydro-Québec, Lynn St-Laurent, a souligné que la pétition, bien qu'elle soit un exercice démocratique, cherche à défaire la décision réglementaire.

La route vers le Maine

En sol américain, la facture du NECEC est estimée à 950 millions de dollars américains, et le tracé de 233 kilomètres doit passer par le Maine. Au cours des derniers mois, un nombre grandissant de municipalités concernées par le tracé ont adopté des motions visant à s'exprimer contre la ligne de transport. La gouverneure du Maine, Janet Mills, a toutefois appuyé publiquement le projet.

Par ailleurs, plus tôt cette semaine, l'élu démocrate Jared Golden, qui représente une circonscription du Maine, a demandé au corps des ingénieurs de l'armée des États-Unis – qui doit également donner son aval au NECEC – de tenir des audiences publiques.

Dans une lettre ouverte, ce dernier avait notamment déploré le manque de transparence du processus actuel.

Autorisations que le NECEC doit obtenir aux États-Unis

  • Commission des services aux collectivités du Maine (obtenue)
  • Commission fédérale de réglementation de l'énergie (obtenue)
  • Commission de l'aménagement du territoire du Maine (à venir)
  • Département de la protection environnementale du Maine (à venir)
  • Corps des ingénieurs de l'armée des États-Unis (à venir)
  • Département de l'Énergie des États-Unis (à venir)

Énergie

Économie