•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Vérif : à qui profiterait vraiment un corridor énergétique?

Le reportage de Vincent Maisonneuve

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Vincent Maisonneuve
Nathalie Lemieux

Andrew Scheer estime qu’un corridor énergétique reliant l’Ouest et l’Est canadien profiterait autant aux Québécois qu’au reste du Canada. Si l’Alberta réclamait un nouveau pipeline, le Québec pourrait-il bénéficier de ce nouveau corridor pour vendre son électricité?

Le corridor énergétique du chef conservateur permettrait de transporter le pétrole de l’Ouest vers de nouveaux marchés.

Ce sera un corridor transnational qui va générer des avantages économiques et sociaux pour tout le pays.

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur

Mais Hydro-Québec pourrait-elle tirer avantage de ce corridor pour vendre de l’électricité à l’Ontario et aux provinces de l’Ouest? Les faits nous poussent à croire que non.

Du côté de l’Ontario...

Hydro-Québec peut doubler ses exportations d’électricité vers l’Ontario sans construire une seule nouvelle ligne de transport. Mais le premier ministre Doug Ford refuse d’importer plus d’électricité du Québec.

Entre autres, parce que l’Ontario Power Generation – une société qui appartient au gouvernement ontarien – investit 26 milliards de dollars dans la restauration de ses réacteurs nucléaires, une industrie qui emploie 18 000 Ontariens.

De plus, la société ontarienne a investi près de 3 milliards de dollars dans des centrales au gaz pour accroître ses revenus.

Parions que le gouvernement ontarien cherchera à rentabiliser ses investissements avant d’acheter plus d’électricité québécoise.

... et de celui du Manitoba

Le Manitoba, lui, nage déjà dans les surplus d’électricité.

Plus loin vers l’ouest, le transport de l’électricité du Québec coûterait des milliards de dollars. À titre d’exemple, la construction de l’interconnexion Appalaches-Maine d’Hydro-Québec est évaluée à 2,5 millions de dollars du kilomètre. D’est en ouest, l’Ontario fait plus de 1500 km!

Finalement, la proximité d’une ligne à haute tension accroîtrait les risques de corrosion et de détérioration d’un pipeline. Il serait possible d’éviter le problème, mais le prix de construction serait plus élevé et cela augmenterait les coûts du transport du pétrole albertain.

Notre dossier Élections Canada 2019

Politique fédérale

Politique