•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

17e Nuit des sans-abris : l'itinérance grande oubliée de la campagne électorale

Le rassemblement au parc Ste-Bernadette lors de la 17e Nuit des sans-abris à Gatineau.

Le rassemblement au parc Sainte-Bernadette lors de la 17e Nuit des sans-abris à Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Patricia Sauzède

Radio-Canada

À quelques jours des élections fédérales, l'organisation derrière l'événement la 17e Nuit des sans-abris, qui a eu lieu vendredi à Gatineau, a déploré que la réalité des sans-abris ait été occultée de la campagne.

On a l'impression que la thématique n'a pas été suffisamment abordée, particulièrement dans l'enjeu du logement, déplore la coordonnatrice du Collectif régional de lutte à l'itinérance en Outaouais (CRIO), Janick Allyson.

On a des taux d'inhabitation très, très bas. [On a besoin] du logement abordable, mais aussi du logement avec du soutien communautaire, poursuit-elle.

Selon la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), c'est Gatineau qui enregistre le taux d’inoccupation le plus bas au Québec. Il est de 1,2 %, bien en deçà du seuil d’équilibre du marché qui s’établit à 3 %. En comparaison, 3,8 % des logements étaient inoccupés en 2017.

Des sans-abris en « dernier choix »

Selon plusieurs intervenants dans le milieu, le manque d'ouverture de la part de certains propriétaires vient exacerber le phénomène d'itinérance dans la région.

Souvent, les propriétaires vont avoir le choix de qui ils vont prendre. Les personnes itinérantes vont devenir le dernier choix, soutient Nicolas Renaud, intervenant de liaison au Gîte Ami.

Et de plus en plus, les personnes dans le besoin sont âgées.

On a vu des personnes âgées qui ont eu des maisons toute leur vie. Un incident leur arrive et elles se retrouvent à la rue.

Nicolas Renaud, intervenant de liaison au Gîte Ami

Outre le rassemblement pour sensibiliser la population à la réalité de l'itinérance, l'événement comprend entre autres un spectacle par et pour les personnes fragilisées et marginalisées, un kiosque de prévention des surdoses ainsi qu'un repas gratuit.

Hormis Gatineau, une quarantaine de villes, dont Montréal et Québec, tiennent des événements similaires vendredi soir.

Avec les informations de Patricia Sauzède-Bilodeau

Ottawa-Gatineau

Pauvreté