•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

41 étudiants doivent rembourser des prêts et bourses obtenus de manière irrégulière

Un homme non identifié prend des notes dans un cahier.

Quarante-et-un étudiants doivent rembourser leurs prêts et bourses.

Photo : Getty Images / PeopleImages

Denis Lapierre

Quarante-et-un étudiants du secteur professionnel de la Commission scolaire du Lac-Saint-Jean doivent rembourser au ministère de l’Éducation plus de 316 000 $ en prêts et bourses obtenus de manière irrégulière.

Cette décision fait suite aux enquêtes menées auprès d’étudiants d’un centre de formation professionnelle du Lac-Saint-Jean par la direction de la Commission scolaire et le ministère.

C’est à la fin de l’année 2018 que la Commission scolaire Lac-Saint-Jean a été informée d’irrégularités entourant les demandes d’aide financière présentées par certains élèves du secteur professionnel. La vérification menée alors permet de révéler qu’au moins une trentaine d’entre eux ont fourni de fausses déclarations pour obtenir des sommes auxquelles ils n’avaient pas droit.

Le dossier est aussitôt transmis au ministère de l’Éducation qui procède, début 2019, à ses propres vérifications et confirme les irrégularités.

Dans un échange de courriels avec Bryan St-Louis, le responsable des relations de presse à la direction des communications du ministère, on confirme que « 41 étudiants sont considérés comme ayant fait une déclaration mensongère dans le cadre du Programme de prêts et bourses ».

Les sommes ainsi obtenues s’élèvent à 316 059 $, soit 114 704 $ en prêts et 201 355 $ en bourses, ce qui correspond à une moyenne de 7700 $ par élève.

Bryan St-Louis ajoute que « ces sommes sont réclamées aux étudiants et des mesures de recouvrement ont été entreprises afin de recouvrer les sommes dues ». Quant aux autres suites possibles concernant des recours légaux contre les élèves en cause et les personnes qui pourraient avoir été impliquées dans ce stratagème, M. St-Louis affirme que « le dossier est toujours en évaluation ».

Du côté de la Commission scolaire, on souhaitait procéder à certaines vérifications avant de commenter ce dossier.

Saguenay–Lac-St-Jean

Éducation