•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Absences pour maladie : le SIIIEQ dénonce la nouvelle politique du CISSS de la Gaspésie

Des infirmières passent dans un couloir d'un hôpital

Aux prises avec un fort taux d'absentéisme, le CISSS a mis de l'avant de nouvelles pratiques que conteste le SIIIEQ.

Photo : Radio-Canada

Joane Bérubé

Des gestionnaires du CISSS de la Gaspésie sont maintenant invités à maintenir un contact avec un employé qui est en congé pour maladie, ce que dénonce le Syndicat des infirmières, infirmiers et inhalothérapeutes de l’Est-du-Québec (SIIIEQ).

Le CISSS de la Gaspésie confirme que le maintien du lien entre le gestionnaire et le travailleur en congé pour maladie est une pratique encouragée.

Cette nouvelle politique du CISSS émane des recommandations d’un comité de gestion mis en place l’an dernier pour tenter de cibler les causes du haut taux d’assurance-salaire au CISSS de la Gaspésie et à prévoir des actions pour corriger la situation.

Le Syndicat conteste devant les tribunaux cette nouvelle politique de présence au travail du CISSS ainsi que sa gestion des congés pour maladie. Cette politique, selon le président de la SIIIEQ, Pierre-Luc Bujold, va à l’encontre des droits de la personne et de la convention collective.

Ça rajoute un poids. On considère que c’est du harcèlement pour du retour au travail.

Pierre-Luc Bujold, président du Syndicat des infirmières, infirmiers et inhalothérapeutes de l’Est-du-Québec (SIIIEQ)

Loin d’y voir de l’intrusion, l’adjointe à la direction des ressources humaines en gestion de la présence au travail au CISSS de la Gaspésie, Gina Pelletier, y voit une mesure pour offrir plus de soutien aux employés.

Notre intention est toujours de soutenir l’employé en arrêt de travail.

Gina Pelletier, adjointe à la direction des ressources humaines en gestion de la présence au travail au CISSS de la Gaspésie

Tout ce qui est fait ne l’est pas dans un but de mettre de la pression, mais de voir comment on peut aider l’employé à récupérer pour faciliter son retour au travail, assure la gestionnaire du CISSS.

Hôpital de Gaspé

Hôpital de Gaspé

Photo : Radio-Canada

Pierre-Luc Bujold s’interroge aussi sur la protection de la confidentialité des dossiers dans les échanges entre employés et gestionnaires. Parmi les choses qu’on conteste, explique M. Bujold, c’est que seul le service de santé devrait être informé d’un diagnostic.

Mme Pelletier garantit que toutes les données médicales de l’employé demeurent confidentielles, sauf si, dit-elle, l’employé lui-même en parle avec son gestionnaire.

Elle affirme que chaque cas est examiné pour éviter certaines situations problématiques. On ne va pas, assure-t-elle, demander à des gestionnaires qui sont en conflit, qui sont à base de l’arrêt de travail ou un élément de l’arrêt de travail, on ne va pas demander à ces gestionnaires de garder le contact. Ce sera contre-productif et inadéquat.

Le SIIIEQ remet aussi en cause le rôle du médecin de gestion.

Cette contre-expertise arrive très tôt sans laisser le temps aux gens de se reposer, soutient Pierre-Luc Bujold. Ce médecin conteste plusieurs diagnostics des médecins traitants, ajoute le président du SIIIEQ.

Afin d’obtenir des compléments d’information, le médecin de gestion, un employé du CISSS, peut effectivement rencontrer certains employés en congé pour maladie, confirme Mme Pelletier. C’est parce qu’il y a quelque chose dans le dossier qui sort de la règle normale. Ce n’est pas chaque dossier qui est vu par le médecin de gestion.

Un médecin écrit des données dans un dossier médical.

Un médecin écrit des données dans un dossier médical

Photo : Radio-Canada / Martin Barraud

Tous ces processus, explique Mme Pelletier, sont conventionnés. La gestionnaire ajoute que les contre-expertises médicales ont beaucoup diminué au cours de la dernière année afin de consacrer les ressources au soutien de l’employé malade.

Une interprétation que rejette le Syndicat.Les tribunaux devront trancher sur la question, indique M. Bujold.

De nombreuses absences pour maladie

Le SIIIEQ est interpellé dans ce dossier, puisque les infirmières sont parmi les métiers où le nombre d’absences est le plus élevé, notamment en Haute-Gaspésie.

Le Centre de santé et de services sociaux de la Gaspésie compte 338 dossiers actifs pour l’assurance-salaire, ce qui représente environ 10 % de son personnel.

Ces dossiers comprennent différents problèmes de santé qui vont de la chirurgie à l’oncologie en passant par les problèmes de santé mentale ou musculo-squelettique.

La durée des absences des employés pour maladie est donc très variable, mais a un impact budgétaire important.

C’est une des principales causes du déficit anticipé de 3 millions de dollars pour l’exercice 2019-2020, selon la PDG du CISSS, Chantal Duguay.

Enseigne de l'hôpital de Chandler installée devant l'édifice.

Chandler.

Photo : Radio-Canada

La question devrait aller au-delà du budget, croit Pierre-Luc Bujold.

Il confirme que le Syndicat a été interpellé par leCISSS sur la recherche de solutions pour abaisser le taux d’assurance-maladie. Il va falloir que le respect des membres qu’on représente soit mis de l’avant, et qu’il y ait des solutions mises en place pour contrer la surcharge de travail, commente Pierre-Luc Bujold.

Selon le CISSS, le Syndicat s’est retiré du comité de gestion sur les absences pour maladie.

Avec la collaboration de Brigitte Dubé

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Relations de travail