•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Libérée de l’emprise de gangs de rue, elle raconte son itinéraire

Faisant face à une dure réalité, une femme de Regina a choisi de reconsidérer ses choix de vie pour quitter la rue et la criminalité.

Une silhouette de femme dans une ruelle la nuit.

Beth, dont le vrai nom ne peut pas être révélé, est dans le programme de protection des témoins.

Photo : Radio-Canada / Matt Howard

Radio-Canada

Assise dans une cellule au bureau de la police de Regina un matin de mai 2015, Beth a encore quelques minutes pour prendre une décision importante. Accusée de complicité de meurtre, elle peut décider de témoigner contre les meurtriers ou subir un procès.

« C’était ma dernière chance de faire ce qui est juste. En le faisant, je pouvais avoir la possibilité de changer de vie », se rappelle la jeune femme, dont le vrai nom fait l’objet d’une ordonnance de non-publication.

Beth a décidé de témoigner contre les membres d’un gang qui ont tué puis démembré un de ses amis à Regina.

À la recherche d’une famille

Beth raconte avoir fui son foyer familial « toxique et violent » à l'âge de 13 ans.

Elle a rejoint des gangs de rue et a été impliquée dans la vente de drogues, le proxénétisme et d’autres crimes.

Pendant 15 ans, sa participation à des organisations criminelles lui a donné un sentiment de loyauté et un sens de la communauté, dit-elle.

Après la mort de Reno Lee, un témoin du meurtre a donné le nom de Beth à la police. À ce moment-là, la jeune femme a dû se rendre à l'évidence que son mode de vie « n'était que mensonge  ». « Rien n’était véridique. J’ai pu voir qui ces gens étaient vraiment, cela m’a brisé le cœur », raconte-t-elle.

Elle a accepté de témoigner contre les suspects du meurtre et d’entrer dans le programme de protection des témoins.

En mars 2018, trois hommes ont été reconnus coupables du meurtre de Reno Lee.

Vue du sous-sol avec une machine à laver. Il y a des taches de sang sur le sol.

Une photo présentée au procès montre des bouteilles d'eau de Javel et des tissus souillés dans le sous-sol où Reno Lee de tué par deux balles à la tête le 23 avril 2015.

Photo : Fournie par la Cour du Banc de la Reine à Regina

Une autre vie

Beth est encore aujourd'hui dans le programme de protection des témoins.

Elle doit respecter certaines conditions pour y demeurer comme rester sobre et éviter tout problème avec la justice, sinon elle risque la prison.

Elle travaille maintenant dans un Centre de ressourcement pour les familles. Elle aide aussi d’anciennes travailleuses du sexe.

« J’ai besoin de faire tout ce que je peux pour que, lorsque je me couche le soir, je sache que j’ai fait la bonne chose pour moi, mes enfants et les gens autour de moi. […] Je ne veux jamais redevenir celle que j’étais avant », conclut-elle.

Avec les informations d'Alec Salloum

Saskatchewan

Crimes et délits