•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Singh regrette de s’être montré méprisant à l’égard des conservateurs

Le chef néo-démocrate et un jeune garçon se salue en se tapant les mains devant d'autres enfants.

Jagmeet Singh a salué des enfants à Port Alberni, en Colombie-Britannique.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Bernard Barbeau

« Nous ne respectons pas les conservateurs », avait déclaré en rigolant le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) Jagmeet Singh, jeudi, à Welland, en Ontario, un commentaire qui l’a « troublé » toute la nuit, l’amenant à vouloir se rétracter 24 heures plus tard.

Je me sens très mal à cause d’une chose que j’ai dite hier, a-t-il regretté vendredi, lors d’un arrêt à Port Alberni, en Colombie-Britannique. Nous devons bâtir un pays où tout le monde est bienvenu et respecté.

Ce que j’aurais dû dire, hier, c’est que les conservateurs font des compressions dans les services, ce qui est nuisible, a affirmé M. Singh. Mais nous devons respecter tout le monde.

Les gens ont des avis divergents et c’est normal. Nous avons mené une campagne en disant que tout le monde doit pouvoir se sentir accepté, quels que soient leurs points de vue politiques. […] On veut créer un climat respectueux pour tout le monde.

Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique

Jagmeet Singh n’allait toutefois pas se montrer trop conciliant. Il a rapidement reproché aux conservateurs d’avoir adopté des tactiques de peur en lançant des faussetés à répétition, comme de dire qu'une éventuelle coalition PLC-NPD ferait passer la TPS à 7,5 %.

Il a également réitéré qu’il ne collaborerait sous aucun prétexte avec un gouvernement Scheer : Les néo-démocrates ne travailleront pas avec les conservateurs. […] Ils vont nuire aux familles, et je ne peux pas accepter ça.

Mais il demeure ouvert à l’idée de coopérer avec les autres partis.

Le chef conservateur derrière un lutrin.

Andrew Scheer a répondu aux questions des journalistes à Fredericton.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Quelques heures plus tôt, à Fredericton, le chef conservateur Andrew Scheer avait voulu se montrer d’une tout autre trempe.

Je respecte tous les Canadiens et je respecte les gens qui ont un point de vue différent [du mien].

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur

Mon rôle est de montrer aux Canadiens comment mes politiques vont mener à un meilleur Canada et rendre la vie plus abordable, a-t-il noté. Je peux être en désaccord avec des gens sans les insulter.

Il y a même des membres de ma propre famille qui se sont présentés pour le NPD [lors d’élections précédentes] et je les respecte certainement toujours, a-t-il poursuivi, sourire aux lèvres.

Jeudi, à Montréal, le chef bloquiste Yves-François Blanchet avait regretté le ton négatif de cette fin de campagne électorale, reprochant notamment au NPD d’avoir adopté un style qui n’était pas dans les mœurs politiques canadiennes jusqu’à il y a quelques années. Il avait noté que ce sont les conservateurs qui ont commencé ça.

M. Blanchet avait également demandé à ses adversaires de revenir à la campagne propre.

Notre dossier Élections Canada 2019

Politique fédérale

Politique