•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mobiliser les électeurs : un défi de taille pour les circonscriptions rurales

Des pancartes du NPD, du Parti conservateur et du Parti libéral.

Des pancartes électorales dans la circonscription de St. John's-Est, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Patrick Butler

Le jour du scrutin, tous les partis tenteront de mobiliser leurs partisans et de convaincre le plus d’électeurs possible de se rendre aux urnes.

Mais ces derniers efforts peuvent varier en fonction du territoire qu'ils doivent couvrir.

Dans Labrador, la circonscription fédérale la plus grande et la moins peuplée à Terre-Neuve-et-Labrador, le candidat conservateur Larry Flemming a dû recruter des bénévoles dans une vingtaine de communautés éloignées pour l'aider le jour de l'élection.

On a des gens autour de Labrador pour donner des lifts. On a plusieurs volontaires à Labrador City et Goose Bay pour faire des appels, explique-t-il.

Amanda Will était candidate néo-démocrate dans Labrador aux élections fédérales en 2001, mais gère maintenant la campagne de Jack Harris dans la circonscription urbaine de St. John’s-Est.

St. John’s-Est comporte une superficie 810 fois moindre que celle de Labrador, mais compte 3 fois plus d’habitants.

Vous avez toujours une stratégie

[Dans Labrador], même s’il n’est pas possible de faire du porte-à-porte dans chaque communauté, vous avez toujours une stratégie pour stimuler la participation des électeurs, explique Mme Will. Vous dépendez de vos bénévoles pour vous aider et pour aller rappeler aux gens que c’est le jour du scrutin.

Chaque parti majeur recueille des données sur les électeurs avant et lors de la campagne pour créer une liste d’électeurs qu’il va cibler le jour du scrutin.

Dans St. John’s-Est, Mme Will s'occupe d'une équipe d’environ 200 bénévoles qui feront des appels et du porte-à-porte pour convaincre ces électeurs d'apposer leur X. Certains vont même conduire des électeurs aux bureaux de vote.

Regardez ce qui s’est passé lors des élections provinciales en mai, quand Jordan Brown a gagné pour le NPD. Deux voix ont fait la différence.

Amanda Will, chef de la campagne du candidat néo-démocrate Jack Harris

Cibler ses efforts

Charlie Byrne gère la campagne du libéral Seamus O’Regan dans St. John’s-Sud–Mount Pearl. Il note que ses bénévoles sont chanceux de ne pas avoir besoin de couvrir un territoire aussi vaste que ceux des circonscriptions fédérales à Terre-Neuve-et-Labrador.

Ils ont des défis énormes, c’est clair. Mon équipe peut se rencontrer au quartier général à Mount Pearl et, après, se rendre n’importe où dans la circonscription en 25 minutes.

Charlie Byrne, directeur des opérations, campagne de Seamus O'Regan

J'ai l'impression qu'on est capable d’avoir plus de contact personnel avec les électeurs le jour du scrutin, indique-t-il.

Charlie Byrne signale que la densité de la circonscription permet à son équipe de bien cibler ses efforts.

Le matin, on va peut-être éviter d'envoyer des travailleurs dans des secteurs où vivent beaucoup de jeunes ou de personnes qui travaillent pendant la journée. C’est un bon moment pour se concentrer sur les maisons de retraite, explique-t-il.

Défis pour les plus petits partis

Le candidat vert dans St. John’s-Est, David Peters, soutient également que, dans les plus grandes circonscriptions, les plus petits partis n’ont pas les mêmes ressources ni les données recueillies par les plus grands partis lors des dernières élections.

Prenons l’exemple de Long Range Mountains ou de Coast of Bays–Central–Notre Dame ou de Bonavista–Burin–Trinity. Nous n’avons pas les ressources pour mobiliser les électeurs dans ces circonscriptions. Les autres partis ont un avantage logistique décisif, affirme-t-il.

Terre-Neuve-et-Labrador

Politique fédérale