•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Marc Arnal et la francophonie ouverte

Le président de l'Association canadienne-française de l'Alberta, Marc Arnal, vu de profil droit, en gros plan

Le président de l'Association canadienne-française de l'Alberta, Marc Arnal, en a assez des allégations à son endroit. Il veut faire avancer les nombreux dossiers de la francophonie albertaine.

Photo : Radio-Canada / Gaetan Lamarre/Radio-Canada

Jean-Marie Yambayamba

Je connais Marc Arnal, président sortant de l'Association canadienne-française de l'Alberta (ACFA), depuis une quinzaine d'années. Alors qu'il s'apprêtait à céder son fauteuil à la tête de l'ACFA ce week-end, j'ai discuté avec lui de ses idées sur la francophonie qu'il aura servie pendant deux ans.

Marc Arnal a renoncé à solliciter un second mandat. « Les deux dernières années ont été mouvementées, difficiles sur le plan personnel et aussi au conseil d'administration », concède-t-il d'entrée de jeu. De nombreux remplacements au conseil d'adminisration et le sentiment d'acharnement de la part de certaines personnes en ont fait, selon lui, l'une des expériences de C. A. les plus difficiles qu'il a vécues.

À chacun son style

Marc Arnal reconnaît avoir un style qui bouscule. « Quand on m'avait élu à la présidence, j'avais dit aux gens : "Je vais faire de gros changements, je vais les faire rapidement, je suis pressé. Vous allez vous sentir bousculés" », se rappelle-t-il. Ce style a fait sortir certains de leurs gonds, allant jusqu'à réclamer sa démission.

Tout en réaffirmant ce caractère « fougueux », un rapport de consultants a récemment innocenté Marc Arnal des allégations d'ingérence et d'intimidation portées contre lui. Les auteurs ont néanmoins recommandé à l'ACFA de se doter d'un code de déontologie, notamment pour éviter des situations susceptibles de dégénérer en conflit de personnalités.

Marc Arnal, président de l'ACFA (2017-2019)

Marc Arnal aura dirigé l'Association canadienne-française de l'Alberta pendant deux ans (2017-2018).

Photo : Marc Arnal

Sortir du repli communautaire

Pour autant, le futur ancien président de l'ACFA croit avoir mis la francophonie albertaine sur une lancée prometteuse, notamment en misant sur des initiatives pour sortir du repli communautaire qu'il voit comme un vestige d'une époque révolue.

« Lorsque j'étais jeune, tout l'effort communautaire passait dans la défense du français. Ce qui arrive présentement, c'est que tout le monde valorise le français comme quelque chose qui différencie le Canada de tous les autres pays, en Amérique du Nord notamment », dit Marc Arnal.

C'est dans cet esprit qu'il soutient la vente de l'hebdomadaire Le Franco pour lui permettre de jouer pleinement son rôle journalistique, malgré des pressions pour le limiter à une vocation essentiellement communautaire. M. Arnal continue aussi de militer pour des ponts entre les écoles francophones et les écoles d'immersion française. Ce genre d'ouvertures, croit-il, pourraient nourrir la dualité linguistique canadienne.

Une dualité inclusive

« Cette dualité linguistique doit inclure tous ceux qui se donnent la peine d'apprendre le français. Comment ces personnes ne peuvent-elles pas être considérées comme faisant partie de la famille de langue française? » s'interroge M. Arnal.

C'est là une direction que pourrait aussi prendre la modernisation de la Loi sur les langues officielles pour notamment combattre une vision sectaire du français. Une telle vision tend à réduire cette langue à un simple discriminant pour distinguer les majoritaires ou les minoritaires dans une communauté et pour garantir leurs droits respectifs.

Page couverture du livre : « Deux poids deux langues. Brève histoire de la dualité linguistique au Canada »

Page couverture du livre : « Deux poids deux langues. Brève histoire de la dualité linguistique au Canada »

Photo : Éditions Septentrion

Véhicule des cultures

Qu'une langue reflète une culture, c'est possible, mais la langue est un véhicule que n'importe quelle culture peut emprunter. C'est, je crois, ce qui s'est opéré dans les pays africains où le français est devenu la langue officielle et même une langue pour exprimer la vitalité de leurs cultures, par exemple, dans le théâtre et dans l'éducation.

Mais la confusion entre langue et culture a servi à certains pour tenter d'universaliser leurs propres cultures... au point où des Africains se sont retrouvés en train de parler de leurs « ancêtres, les Gaulois ».

Le défi de se comprendre

Dans une communauté où de nombreuses cultures se côtoient, le défi n'est pas seulement de pouvoir parler la même langue, c'est aussi de pouvoir comprendre et exprimer ces cultures dans cette langue. Les locuteurs se servent du français et de son génie pour exprimer des choses que leur culture a codifiées.

L'usage culturel d'une langue génère des accents et des habitudes de s'exprimer, suscite la créativité et enrichit les vocabulaires. Ces accents, ces créations et ces parlers sont des indices d'une langue qui vit et qui croît. Certains ont pu y voir des signes de décadence. Ça pourrait être le cas de la chroniqueuse québécoise Denise Bombardier qui, à l'émission « Tout le monde en parle » de Radio Canada, s'est désolée deux fois plutôt qu'une de l'appauvrissement voire de la mort du français en milieu minoritaire.

Affichette de bureau qui indique un service dans les deux langues officielles.

Affichette de bureau qui indique un service dans les deux langues officielles.

Photo : Radio-Canada

Une « denrée sociale »

Marc Arnal croit que Mme Bombardier a loupé des occasions pour changer d'avis. « Quand elle a vu, quand elle a parlé à nos régionales (celles de l'ACFA), quand elle a vu ce qui se passait, quand elle a vu la façon dont les gens respectaient le français, je pense que ça lui a ouvert les yeux, bien que son idée ait déjà été faite. »

« Le français est une denrée sociale, une marque visible de notre engagement collectif au Canada à la diversité. Il y a des anglophones qui me disent : si on est un pays bilingue pourquoi on n'oblige pas tous les enfants du pays d'apprendre le français à l'école? », ajoute Marc Arnal.

Que le français et l'anglais deviennent des langues obligatoires dans l'éducation de base au Canada, ne serait-ce pas une possible révolution envisageable dans la modernisation de la loi sur les langues officielles? Je suis tenté de le croire, mais le chemin risque d'être long, très long.

C'est en tout cas une piste que je suggère aux discussions du congrès annuel de la francophonie albertaine, ce week-end à Calgary. C'est aussi une question que j'adresse aux dirigeants qui prendront les rênes du pouvoir lundi, 21 octobre, au terme des élections fédérales.

Alberta

Francophonie