•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il faut traduire la loi sur l'éducation, dit Natasha Joncas

Natascha Joncas est assise sur une chaise, dans son bureau. Elle regarde la caméra.

Natascha Joncas, la nouvelle directrice générale de la Commission scolaire de langue française de l'Île-du-Prince-Édouard souhaite, entre autres, améliorer la rétention des élèves, la francisation et faire traduire en français la loi sur l'éducation.

Photo : Julien Lecacheur

Julien Lecacheur

Natascha Joncas, la nouvelle directrice générale de la commission scolaire est ambitieuse pour l'avenir.

Natascha Joncas, la nouvelle directrice générale de la Commission scolaire de langue française de l'Île-du-Prince-Édouard, vient d'entrer en poste. Originaire du Québec, elle travaille dans le domaine de l'éducation depuis plus de 25 ans.

Après des passages au Yukon, en Nouvelle-Écosse ainsi qu'en Gaspésie, elle est bien décidée à faire évoluer les mentalités en défendant l'éducation en français sur l'île.

On a une triple mission. On doit instruire nos enfants, leur donner une meilleure francisation et s'occuper de leur transmettre la culture qui a été perdue au fil des années.

Natascha Joncas, directrice générale, Commission scolaire de langue française
Nastascha Joncas est assise sur sa chaise dans son bureau. Elle regarde la caméra.

Nastascha Joncas veut faire traduire en français la loi sur l'éducation. Elle est uniquement offerte en anglais pour le moment.

Photo : Julien Lecacheur

Nastacha Joncas n'a pas perdu de temps pour entrer de plain-pied dans ses nouvelles fonctions. Depuis son entrée en poste en début de semaine, elle a déjà visité deux des six écoles. Une proximité géographique entre les établissements qui devrait lui permettre d'être plus efficace, selon elle.

Avec six écoles dans la province, je vais pouvoir travailler plus efficacement afin de revendiquer les droits de la communauté francophone ainsi que d'établir de meilleures relations entre les différentes parties. Cette proximité me permettra aussi de mieux connaître les communautés, et d'améliorer le dialogue avec les parents et les organismes communautaires, explique-t-elle.

La traduction de la loi sur l'éducation dans sa ligne de mire

Nastascha Joncas n'arrive pas les mains vides à l'Île-du-Prince-Édouard. La nouvelle directrice générale apporte son expérience de négociations acquise auprès du gouvernement du Yukon. Une expertise nécessaire qui va lui permettre de s'entendre plus facilement avec le gouvernement insulaire.

J'ai hâte de commencer ces conversations. C'est toujours un défi quand une province anglophone a la gestion d'une commission scolaire francophone. On va devoir s’asseoir et se parler afin de s'assurer d'avoir l'égalité des services ainsi que l'équité, souligne-t-elle.

Elle compte aussi discuter en priorité avec le ministère de l'Éducation. Natascha Joncas a découvert, à sa grande surprise que la loi était uniquement accessible en français.

Je vais demander à la sous-ministre ou au ministre de traduire la loi sur l'éducation en français !

Natascha Joncas, directrice générale, Commission scolaire de langue française de l'Île-du-Prince-Édouard
Des élèves vus de dos travaillent en classe sur leurs ordinateurs.

Une centaine de professeurs travaillent pour la Commission scolaire de langue française de l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Julien Lecacheur

D'ici là, Natascha Joncas devra aussi s'occuper du plan stratégie pour les prochaines ainsi que du dossier de la nouvelle école Évangéline. La Commission scolaire doit prochainement soumettre son rapport à la province en vue du dépôt du budget d'immobilisation prévue dans un peu plus d'un mois.

Île-du-Prince-Édouard

Éducation