•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 1000 personnes saluent le courage des donneurs d'organes à Sherbrooke

Des personnes assises dans la cathédrale de Sherbrooke. À l'arrière, des militaires attendent de faire leur entrée.

Plusieurs centaines de personnes ont assisté à la traditionnelle cérémonie en l'honneur des donneurs d'organes. L'événement a eu lieu à la basilique-cathédrale Saint-Michel de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Radio-Canada

Les donneurs d’organes de partout au Québec ont été honorés lors d'une cérémonie qui a eu lieu vendredi à Sherbrooke.

L'événement a lieu à la basilique-cathédrale Saint-Michel en présence de nombreux dignitaires et membres des familles des donneurs. Plus de 1500 personnes ont assisté à la cérémonie.

Au total, 238 donneurs d'organes et de tissus ont été honorés. Ils ont reçu le titre posthume d'Ambassadeur de la Santé. La générosité de 18 personnes qui ont posé un tel geste de leur vivant a aussi soulignée et ils ont reçu le titre de Grand Samaritain.

Ça fait 26 ans que j'organise cette cérémonie et j'ai encore les larmes aux yeux. Ces gens méritent notre plus grand respect. Ils vivent un drame et malgré tout, ils disent oui au don d'organes. Le coeur, le foie, les reins, les poumons vivent chez une autre personne. Grâce à ce geste incroyable, cette cérémonie est empreinte de respect et de reconnaissance de la part de la population canadienne, indique le fondateur de l'Association canadienne du don d'organes (ACDO), Richard Tremblay.

C'est grâce à la population de Sherbrooke qui a endossé la cause des les balbutiements du don d'organe en 1983. Ça a commencé par un téléthon qui a permis de faire une sensibilisation pancanadienne.

Richard Tremblay, président fondateur de l'ACDO

36 ans d'histoire

Si la cérémonie annuelle a lieu à Sherbrooke, c'est parce que c'est ici que tout a commencé. Lorsque j'ai fondé l'ACDO, c'est au moment où la Sherbrookoise Nancy Desharnais se battait pour avoir des poumons qui, malheureusement, ne sont pas arrivés à temps. Elle est décédée. J'étais proche d'elle et de sa famille. J'étais chef de police à l'époque et j'ai décidé de prendre sous mon aile ce qu'elle voulait : faire avancer la cause du don d'organe, explique-t-il.

Aujourd'hui, on compte 11 unités de transport d'organes réparties partout au Québec et 2000 policiers bénévoles qui assurent le transport des organes.

D'ailleurs, un protocole sera signé prochainement avec la Sûreté du Québec pour récupérer les organes donnés par des gens qui ont reçu l'aide médicale à mourir en région éloignée, mais aussi pour transporter le personnel médical.

Depuis sa création, la cérémonie de l’Association canadienne du don d’organes a souligné le don de 5000 personnes qui ont aidé 15 000 personnes.

Estrie

Soins et traitements