•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des travaux communautaires pour un cas grave de cruauté animale

Le chien teckel saisi par la SPA de l'Estrie.

Ce chien a été retrouvé dans un état de maigreur extrême.

Photo : Radio-Canada / SPA de l'Estrie

Radio-Canada

Un résident de Lac-Mégantic ne pourra posséder d'animaux pour les dix prochaines années. C'est la peine qu'il a reçue jeudi au palais de justice de Lac-Mégantic à la suite d'un procès pour de la cruauté animale.

Joseph-David Charles avait été reconnu coupable de cruauté et de maltraitance envers deux chiens et un chat en décembre 2018. La Société protectrice des animaux (SPA) de l'Estrie était intervenue d'urgence à son domicile le 31 janvier de la même année.

Sur place, ils avaient découvert des animaux complètement amaigris. « Ils avaient tout simplement la peau sur les os, carrément squelettiques. Étant donné leur état critique, les animaux ont immédiatement été saisis par nos inspecteurs et transportés au refuge afin qu’ils puissent recevoir d’urgence tous les soins vétérinaires requis », avait expliqué, la porte-parole de la SPA de l'Estrie, Geneviève Cloutier. À la suite des examens des vétérinaires de l'organisme, un des chiens, un boxer croisé de quatre ans, avait dû être euthanasié.

Selon le vétérinaire de la SPA, il s’agissait du pire cas de maigreur qu’il lui avait été permis de constater durant sa carrière. Le chien ne pesait que 16 kilos alors qu’il aurait dû avoir un poids équivalent à près de 35 kilos.

Joseph-David Charles devra aussi effectuer 240 heures de travaux communautaires, suivre une thérapie et verser 500 $ à la Société protectrice des animaux (SPA) de l'Estrie. S'il ne respecte pas ses engagements, l'homme pourrait se retrouver derrière les barreaux.

Il était passible d'une peine de prison de deux ans et d'une amende de 5000 $.

La SPA de l'Estrie a profité de l'occasion pour rappeler aux gens « l’importance de la dénonciation ». Les citoyens sont nos yeux et nos oreilles. Leur vigilance et leur sensibilité nous permettent d’agir dans de plus en plus de situations, ce qui contribue à améliorer le bien- être des animaux en mettant un terme aux situations de maltraitance, de négligence ou de cruauté. C’est grâce à ces signalements, tous confidentiels, que nous pouvons porter secours à des centaines d’animaux, ici en Estrie, indique la porte-parole de l'organisme, Marie-Pierre Quirion.

Estrie

Procès et poursuites