•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« On veut de l’eau potable », réclament des citoyens de Trois-Rivières

Robinet brisés

La tuyauterie et la robinetterie sont endommagées par la présence de métaux lourds dans l'eau chez certains résidents du secteur Pointe-du-Lac, à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Bouchard

Marie-Pier Bouchard

Être raccordés au réseau d’aqueduc de la Ville, c’est ce que demandent certains citoyens du secteur Pointe-du-Lac à Trois-Rivières depuis déjà quelques années. Ils ont désormais un argument de taille : des tests qui démontrent clairement la présence de métaux lourds dans leur eau. Chez l’un d’eux, il y a 30 fois plus de manganèse que la norme recommandée par Santé Canada.

Chez Alain Bolduc et Katy Marquant, l’eau tache les vêtements et la vaisselle, endommage la tuyauterie, la robinetterie et différents appareils.

Ils sont propriétaires depuis près de 25 ans, mais les problèmes ont commencé il y a trois ans quand M. Bolduc a mis les produits dans la piscine au printemps.

L'eau est venue brune, pareille comme du café, raconte-t-il. Avant, j'avais de l'eau qualité A1.

Alain Bolduc et Kathy Marquant dans leur cuisine.

L'eau de puits chez Alain Bolduc et Kathy Marquant, des résidents du secteur Pointe-du-Lac à Trois-Rivières, contient d'importantes quantités de métaux lourds.

Photo : Radio-Canada

Ils ont découvert qu’il y avait du manganèse dans l’eau qu’ils puisent près de la maison. Depuis, ils ne consomment plus l’eau du robinet, ils achètent de l’eau embouteillée qui est aussi utilisée pour cuisiner.

Alain Bolduc et Katy Marquant estiment que les problèmes causés par le manganèse leur coûtent entre 3000 $ et 4000 $ par année.

Les élus pressés d’agir

Ils habitent un secteur où on retrouve quelques dizaines de maisons réparties sur environ six rues, près du Chemin des Petites-Terres. Des tests effectués chez d’autres résidents du quartier ont aussi démontré une forte présence de manganèse.

Les citoyens espèrent une intervention rapide des élus. Ils s’expliquent mal qu’en 2020, ils aient tant de difficulté à avoir de l’eau potable.

Tu les mets là pour te représenter, pour t'aider. Sans ça on n'aurait pas besoin de maire de la ville, on n'aurait pas besoin de conseiller. S’il faut tout faire par nous autres même, on n’a pas besoin d’eux, mentionne Alain Bolduc.

M. Bolduc a fait parvenir une lettre au conseil municipal de Trois-Rivières et au député provincial de Maskinongé, Simon Allaire, dans laquelle il presse les élus d’agir, espérant qu’ils tiendront compte de l’urgence et de la gravité de la situation.

Dès la réception de cette lettre, l’équipe du député Simon Allaire a communiqué avec le conseiller municipal du secteur Pointe-du-Lac, François Bélisle, et une rencontre doit avoir lieu sous peu.

Voisins d’un ancien site d’enfouissement

Pour le moment, on ignore ce qui explique la présence de métaux lourds dans l'eau chez des résidents de ce secteur. Il faut cependant savoir que ces citoyens habitent juste à côté d'un site d’enfouissement qui a été en opération de 1986 à 2017.

Des analyses du ministère de l'Environnement ont démontré en 2016 un dépassement des normes fixées pour le manganèse, le fer et le zinc. Deux avis de non-conformité ont été émis à l’exploitant du site.

Mauricie et Centre du Québec

Affaires municipales